La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 785,50
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    47 736,55
    -4 852,91 (-9,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Renversement. Le centre gauche triomphe aux municipales italiennes

·1 min de lecture

Lundi 18 octobre, lors du second tour des élections municipales, les candidats du Parti démocrate ont conquis les mairies de Rome et de Turin, après avoir gagné au premier tour à Naples, Milan et Bologne. Un succès célébré par le quotidien progressiste La Repubblica.

Les visages dépités des leaders de la droite d’un côté, et ceux, joyeux, des politiques de gauche de l’autre. Un montage simple et efficace, accompagné d’un titre tout aussi clair : “L’Italie du centre gauche”.

Ce mardi 19 octobre, le quotidien progressiste La Repubblica célèbre le succès du Parti démocrate (PD) aux élections municipales. La veille, la formation guidée par Enrico Letta a vu ses candidats triompher à Rome (60 %) et à Turin (59 %), lors du second tour. Le PD avait déjà vu les hommes qu’il soutenait s’imposer au premier tour à Milan, Naples et Bologne, il y a deux semaines.

À lire aussi: Analyse. La droite italienne KO debout après le premier round des municipales

Suffisant, pour le quotidien romain, pour parler d’un “Waterloo de la droite”, et notamment de Giorgia Meloni et Matteo Salvini, les leaders des deux partis souverainistes Fratelli d’Italia et Lega, qui, au niveau national, ont rassemblé environ 40 % des votes, selon les estimations.

“Ce 5 à 0 du centre gauche dans les grandes villes qui votaient représente une des victoires les plus éclatantes de son histoire, célèbre le média dans un éditorial. Et en même temps, c’est une des défaites les plus humiliantes pour la droite, qui a perdu sans combattre dans des villes comme Rome et Milan, à cause de candidats plus que médiocres.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles