Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 781,23
    +33,81 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 662,43
    +318,88 (+1,84 %)
     
  • Nikkei 225

    38 876,71
    -258,08 (-0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0834
    +0,0090 (+0,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 937,84
    -238,50 (-1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 021,12
    +2 149,63 (+3,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 428,50
    +33,46 (+2,40 %)
     
  • S&P 500

    5 433,55
    +58,23 (+1,08 %)
     

Rentrée scolaire : une association dénonce la dure réalité d’enfants handicapés

Un grand nombre d'enfants handicapés ne bénéficient pas de solution adaptée en cette rentrée scolaire 2023 (image d'illustration).  - Credit:Thierry Thorel / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
Un grand nombre d'enfants handicapés ne bénéficient pas de solution adaptée en cette rentrée scolaire 2023 (image d'illustration). - Credit:Thierry Thorel / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

« Ils sont oubliés de la société. » Des milliers d'enfants en situation de handicap n'ont pas accès à une scolarisation adaptée, fustige l'Unapei, l'une des principales associations dans le secteur du handicap intellectuel, à une semaine de la rentrée des classes.

« Malheureusement, trop d'enfants en situation de handicap seront encore privés de rentrée et leurs droits à l'éducation sont bafoués », a dénoncé mardi 29 août dans un communiqué Luc Gateau, le président de cette fédération regroupant des associations de personnes handicapées mentales et leurs familles.

Pour évaluer l'ampleur du problème, l'Unapei a mené une étude auprès d'un échantillon de 2 103 enfants accompagnés par ses antennes locales, dans six régions en France. Résultat : 23 % n'ont « aucune heure de scolarisation » par semaine, 28 % entre 0 et 6 heures, 22 % entre 6 et 12 heures et 27 % bénéficient de plus de 12 heures d'enseignement hebdomadaire.

PUBLICITÉ

À LIRE AUSSIÉducation nationale : les cinq grands chantiers qui attendent Gabriel Attal

« À chaque fois, c'est la déception »

Les enfants handicapés scolarisés se retrouvent en outre parfois dans une classe « non adaptée » à leurs besoins, regrette l'Unapei. C'est le cas par exemple de Noah, huit ans, atteint de troubles autistiques. Après quatre ans d'attente pour une place en classe Ulis, spécialisée dans l'accueil d'élèves handicapés, la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) l'a orienté vers un Institut médico-éducatif (IME). Ma [...] Lire la suite