Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    39 594,39
    -4,61 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    -0,0035 (-0,3258 %)
     
  • HANG SENG

    17 469,36
    -166,52 (-0,94 %)
     
  • BTC-EUR

    60 708,58
    -1 907,28 (-3,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 360,59
    -24,67 (-1,78 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     

Rentrée du Medef : la Première ministre Elisabeth Borne a-t-elle réussi à séduire les patrons ?

Lafargue Raphael/ABACA

Les petits et grands patrons préparent aussi leur rentrée des classes. Lundi 28 août, les adhérents du Medef étaient réunis à l’occasion de la Rencontre des entrepreneurs de France, à l’hippodrome de Longchamp (Paris). L’occasion pour eux de réseauter, et de découvrir leur nouveau président Patrick Martin fraîchement élu en début juillet. Voire même, pourquoi pas, de joindre l’utile à l’agréable en faisant un peu de tourisme dans la capitale.Mais les chefs d’entreprise ont surtout profité de l’occasion pour “prendre la température” sur les intentions du gouvernement, représenté à la grand-messe des patrons par la Première ministre Élisabeth Borne. “Oui, depuis 2017, la politique menée par le gouvernement est une politique pro-business, a ainsi martelé la cheffe de l’exécutif devant le nouveau président du Medef. Notre confiance s’incarne par actes. C’est avec cette politique que l’on crée des emplois, et que l’on sort du chômage de masse.”

Les chefs d’entreprise valident-ils ce discours séducteur ? Pour le savoir, nous avons déambulé au gré des allées de l’hippodrome pour les interroger directement. “Autour de moi, tout le monde a réagi au report de la suppression de la CVAE. Ça a été une déception”, pointe tout d’abord Jean-Charles Chemin, le président et cofondateur de Legapass, une société spécialisée dans la transmission de patrimoine numérique. La Première ministre a effectivement confirmé la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises… mais seulement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite