Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 762,08
    -158,65 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,77
    -43,11 (-3,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Rentrée littéraire : nos huit préférences

Julien Faure

Elle pense qu’il y a deux choses qui conservent à jamais leurs secrets, car on peut seulement les voir de l’extérieur : le mariage et la mort. Dominique Barbéris est née en 1958 au Cameroun, dans une famille d’origine nantaise. Dans « Une façon d’aimer », la narratrice reconstitue la vie de sa tante. Madeleine se marie avec Guy en 1955. Elle a 26 ans. La provinciale suit son mari au Cameroun, alors sous mandat français, pour s’installer à Douala. La jeune Madeleine rencontre, en 1958, lors d’un bal à la Délégation, le sulfureux Yves.

À lire aussi Prix Goncourt : une sélection de seize romans annoncée

Avec une écriture de dentellière, Dominique Barbéris s’interroge sur le temps : un moment peut-il s’étendre jusqu’à recouvrir une vie entière ? Peut-on être nostalgique de ce que l’on a vécu et de ce que l’on n’a pas vécu ? L’auteure évoque Nantes, l’accession à l’indépendance du Cameroun, le sort des femmes sur plusieurs générations, la liberté trouvée dans l’ailleurs. Dans les villages, les guérisseurs affirment que nous restons influencés par la première image qu’on a du monde en naissant. Nous avons ainsi tous un « pays natal » et on ne peut s’empêcher d’y revenir.

Une fable houellebecquienne sur les désillusions de la politique

À nouveau le mariage et la mort. « Les amants du Lutetia », d’Émilie Frèche, sont construits autour d’un fait divers réel datant de 2013. Là, nous sommes en 2018. Un ­garçon d’étage de l’hôtel Lutetia, à Paris, découvre un couple ­d’octo...


Lire la suite sur ParisMatch