Marchés français ouverture 5 h 40 min
  • Dow Jones

    30 273,87
    -42,45 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 148,64
    -27,77 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 277,99
    +157,49 (+0,58 %)
     
  • EUR/USD

    0,9921
    +0,0036 (+0,37 %)
     
  • HANG SENG

    18 087,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    20 465,90
    -65,04 (-0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    461,27
    +2,87 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    3 783,28
    -7,65 (-0,20 %)
     

Rentrée des classes septembre 2022: votre enfant est-il bien assuré ?

À chaque rentrée des classes, la litanie des petites dépenses se répète : caisse des écoles, coopérative et… assurance scolaire !

Déjà incluse dans vos contrats ou à partir d'une dizaine d'euros par an, cette couverture s’avère très précieuse si votre enfant est à l’origine d’un accident ou en est victime. Selon la MAE, les chutes ou accidents seuls représentent 39% des sinistres déclarés et 26% résultent d’une bagarre ou d’une agression (le plus souvent dans la cour de récréation).

Responsabilité civile pour les dommages causés à autrui

En théorie, l’assurance dite «scolaire» n’est pas obligatoire pour les activités prévues dans le cadre du programme scolaire. Mais, dans les faits, si vous voulez que votre enfant participe aux sorties scolaires, voire à la cantine ou à l’étude, elle est indispensable. L’école vous demande de fournir a minima une attestation d’assurance de premier niveau : la responsabilité civile.

Votre enfant est couvert à ce titre dans le cadre de votre multirisque habitation (c'est le numéro de cette assurance qui vous est demandé sur le carnet de correspondance de votre enfant). À l’instar de l’assurance au tiers pour la voiture, la responsabilité civile assure votre enfant pour les dégâts corporels ou matériels qu'il cause à autrui.

«Attention, relève Christophe Dandois, co-fondateur de la néo-assurance Leocare. Vérifiez que l’enfant est bien déclaré auprès de votre assureur. Le foyer assurantiel n’est pas le foyer fiscal».  Avec les familles recomposées, l'oubli Cliquez ici pour lire la suite