Publicité
La bourse ferme dans 35 min
  • CAC 40

    7 664,98
    +94,78 (+1,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 939,54
    +54,09 (+1,11 %)
     
  • Dow Jones

    38 900,33
    +65,47 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0725
    -0,0023 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 372,80
    +25,90 (+1,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 551,87
    -4,57 (-0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 348,77
    -33,89 (-2,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,21
    +0,64 (+0,78 %)
     
  • DAX

    18 211,07
    +143,16 (+0,79 %)
     
  • FTSE 100

    8 264,11
    +59,00 (+0,72 %)
     
  • Nasdaq

    17 875,78
    +13,55 (+0,08 %)
     
  • S&P 500

    5 493,36
    +6,33 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2679
    -0,0043 (-0,34 %)
     

Rencontre des ministres de l'Intérieur français et italiens à Rome pour parler de l'immigration

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a rencontré son homologue italien à Rome ce lundi pour rouvrir le débat sur la solidarité européenne en matière d’immigration.

Les images de l’arrivée de milliers de migrants sur l’île de Lampedusa la semaine dernière ont fait le tour du monde et provoqué de vives réactions... Les Nations Unies craignent un regain des discours populistes. Filippo Grandi, Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, explique : "il y a eu tellement de politisation de ce sujet que les politiciens ont besoin de solutions courtes, ils ont besoin de reprendre des slogans pour dire : « Nous sommes au top ». Ça ne marche pas comme ça. Nous devons expliquer à l'opinion publique qu'il s'agit de questions complexes qui nécessitent du temps, des ressources et des solutions différentes, mais c'est la seule solution. D’ailleurs, c’est possible. Il n'y a pas d'invasion. Il n'y a pas de catastrophe. C’est possible, mais les pays doivent travailler ensemble."

Rome a approuvé de nouvelles mesures pour endiguer les arrivées de migrants, notamment en créant davantage de centres de rétention et en augmentant la durée de rétention pour les migrants déboutés.

Le Ministère de l'Intérieur français a quant a lui annoncé n'avoir "aucune intention" d'accueillir les migrants arrivés récemment à Lampedusa.