La bourse ferme dans 6 h 49 min
  • CAC 40

    6 665,92
    +53,16 (+0,80 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 118,01
    +28,71 (+0,70 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,03 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1886
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 810,20
    -7,00 (-0,39 %)
     
  • BTC-EUR

    33 314,45
    -2 080,07 (-5,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    963,58
    +13,68 (+1,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,17
    -0,78 (-1,05 %)
     
  • DAX

    15 583,73
    +39,34 (+0,25 %)
     
  • FTSE 100

    7 091,46
    +59,16 (+0,84 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,62 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 781,02
    +497,43 (+1,82 %)
     
  • HANG SENG

    26 235,80
    +274,77 (+1,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3917
    +0,0010 (+0,08 %)
     

Renault: les voitures à bas coûts représentent plus de la moitié des ventes

·2 min de lecture

Problème structurel de rentabilité pour Renault: 52% des ventes au premier semestre ont été réalisées par des Dacia, Lada ou Renault Logan, Sandero, Kwid à petits prix. Cette polarisation sur le bas de gamme est une bonne affaire pour le client, pas pour les marges.

Luca De Meo l’avait bien identifié à son arrivée à la direction générale de Renault il y a un an. La firme française est la reine des modèles pas chers. Mais cette caractéristique, fort louable pour le client, l’est moins pour les marges du constructeur. Tout le problème est là. ces véhicules à bas coûts représentaient 37,3% des ventes totales du groupe au losange. Contre 35% l’an dernier et 37,3% sur les six premiers mois de 2019. Et si l’on ajoute les volumes de la firme russe Lada (Avotavaz) contrôlée par le groupe tricolore, ce pourcentage dépasse les 52% ! Ecrasant. Renault ne sort donc pas du piège qu’est sa formidable réussite dans les véhicules à bas coûts ! Il en a écoulé 531.500 au premier semestre (contre 420.200 sur la même période l’an dernier, mais 722.600 il y a deux ans). Avec les Lada, il frise les 750.000.

Prix de vente moyen bas

Pour la première fois, la marque Renault elle-même a vendu plus de Logan, Sandero et autres (271.700 hors d’Europe et du pourtour méditerranéen) que la firme roumaine Dacia elle-même (260.000 réservées au Vieux continent et ses alentours) ! Quant à Lada, il a écoulé 215.500 Granta, Vesta ou Niva, tous des véhicules à prix plancher. Les modèles à faibles coûts les plus populaires sont les Sandero-Logan (197.000), Duster (130.000), Lada Granta (72.000 en Russie) et la mini-Renault Kwid (67.000 en Inde, Amérique du sud…). Si l’on prend en compte les petites voitures de Renault, non considérées comme étant à bas coûts comme les Twingo ou Clio, ce sont carrément les deux-tiers des ventes du constructeur de Boulogne-Billancourt qui se font avec des véhicules jugés tout de même d’entrée de gamme.

La faiblesse du prix unitaire moyen des véhicules vendus pèse sur la rentabilité de Renault. Le prix de vente moyen de ses modèles tourne "autour de 16.000 euros", nous expliquait l’an dernier Luca De Meo. C’est pour cela que lnnoncé mi-janvier doit déboucher sur une offensive produits destinée à reconquérir le segment des modèles compa[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles