La bourse ferme dans 2 h 25 min
  • CAC 40

    7 130,52
    -35,75 (-0,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 206,69
    -34,43 (-0,81 %)
     
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0844
    -0,0067 (-0,62 %)
     
  • Gold future

    1 902,50
    -28,30 (-1,47 %)
     
  • BTC-EUR

    21 545,00
    -544,70 (-2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,41
    -11,91 (-2,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,37
    +0,49 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 350,16
    -159,03 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    7 846,40
    +26,24 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2130
    -0,0099 (-0,81 %)
     

Renault vend moins de voitures mais augmente ses revenus en 2022

Challenges - N. Meunier

L’amélioration sur le front des approvisionnements est intervenue trop tard, l’an dernier, pour aider Renault à inverser la courbe de ses ventes. Elles baissent de 9,4 % en 2022 mais les voitures livrées lui rapportent davantage d’argent. Le résultat d’un recentrage sur des modèles plus valorisants.

A en croire Fabrice Cambolive, Directeur des Ventes et des Opérations de la marque Renault, le constructeur français “aurait vendu plus de voitures en 2022 s’il avait pu en produire davantage”. La rengaine commence à être connue. Car à l’instar de ses concurrents, Renault continue de souffrir des conséquences d’approvisionnements qui jouent au yoyo et d’embouteillages au niveau des transports. “La baisse de 9,4 % de nos immatriculations dans le monde s’explique par notre capacité à produire et à livrer qui reste contrainte”, commente sobrement Fabrice Cambolive, qui se refuse à quantifier combien de véhicules auraient pu être produits si les composants électroniques n’étaient pas aussi rares.

Frustré, le Directeur des Ventes se contente de répéter que le total de 1.466.729 unités (dont 832.605 en Europe et 634.124 à l'international) est “tout ce que Renault a pu produire et transporter sur 2022”. En 2018, la marque parvenait à écouler 3,88 millions de voitures dans le monde. Même en mettant de côté les quelque 15% de volumes perdus du fait de l’arrêt de l’arrêt des opérations en Russie (131.000 ventes en 2021), c’est la quatrième année de baisse pour la marque Renault (à distinguer du Groupe éponyme, qui rassemble les marques Renault, Alpine, Dacia et Mobilize). “En élargissant le périmètre à la Russie, nos ventes auraient été en baisse de 14,6 %”, précise un porte-parole du constructeur.

Pénurie de composants : les écrans tactiles, en particulier, ont manqué à Renault pour répondre à la demande

Heureusement pour la marque Renault, la nature et la variété de ses modèles correspond visiblement à ce que réclame sa clientèle. Notamment celle des particuliers, dont la part continue d’augmenter au détriment de celle des entreprises : + 8 % dans le monde et près de 10 % en France. Tant mieux, puisque les particuliers paient plus cher leur voiture en moyenne que les sociétés, qui les achètent par lots.

Lire aussiLa stratégie de Renault paie : son chiffre d'affaires augm[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi