Marchés français ouverture 8 h 27 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,68 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1292
    +0,0080 (+0,71 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,68 (-2,67 %)
     
  • BTC-EUR

    50 821,46
    +2 088,11 (+4,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,81 (-6,17 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

Renault suspend la production à Sandouville, Maubeuge, Batilly

·2 min de lecture

Renault, qui doit annoncer son chiffre d’affaires pour les neuf premiers mois vendredi matin, suspend une partie de sa production. L’usine d’utilitaires normande de Sandouville a fermé le 15 octobre pour deux semaines, celle de Batilly en Meurthe-et-Moselle est arrêtée du 18 au 22 octobre. Le site des Kangoo à Maubeuge (Nord) est en chômage technique durant trois jours .

Renault, qui doit annoncer son chiffre d’affaires pour les neuf premiers mois vendredi matin, suspend une partie de sa production. L’usine d’utilitaires normande de Sandouville (Renault Trafic, Nissan NV300, Fiat Talento, Mitsubishi Express) a fermé le 15 octobre pour deux semaines, celle de Batilly en Meurthe-et-Moselle (Renault Master, Nissan NV400) est arrêtée du 18 au 22 octobre. Le site des Kangoo à Maubeuge (Nord) est pour sa part en chômage technique durant trois jours cette semaine. Au total, 5.500 salariés sont affectés sur trois usines majeures, qui ont assemblé l’an dernier 335.000 unités! La firme au losange s’ attend il est vrai à un manque à produire de 500.000 véhicules cette année à cause des pénuries de semi-conducteurs. C’est d’ailleurs pour pallier le manque à gagner dû à la sous-production que Renault envisage de quitter son siège occupé depuis 20 ans à Boulogne-Billancourt quai Le Gallo, d'ici à l'été 2022. Afin de réaliser des économies.

Un coût social

Alors que le gouvernement doit annoncer mardi 26 octobre des aides spécifiques à l’industrie automobile pour sa transition énergétique (4 milliards d’euros pour l’ensemble des transports), la situation est en effet dramatique. Chez , faute de puces électroniques, les usines s’arrêtent ainsi un jour ou deux chaque semaine en moyenne. Les activités tertiaires chôment, elles, chaque vendredi. . Les opérateurs ne perçoivent en effet plus que 84% de leur rémunération. Sur leurs dernières fiches de paie, les salariés ont ainsi constaté une baisse de salaire "de 100 à 500 euros" selon la CGT. Les opérateurs de Renault sont, eux, payés à 100%, mais à condition de sacrifier des RTT. Et la CGT de dénoncer du coup des retenues de salaire jusqu’à six jours faute d'un stock de jours suffisant.

La situation se révèle pire encore pour les fournisseurs. "Nos usines s’arrêtent en permanence de façon erratique avec quelques heures de préavis seulement données par nos clients constructeurs", explique le patron d’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles