La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2071
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    42 442,16
    +2 518,67 (+6,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 024,11
    +36,01 (+3,64 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Renault : perte historique de 8 milliards d’euros en 2020

Source AFP
·1 min de lecture
Renault a annoncé 8 milliards d'euros de perte pour 2020 (illustration).
Renault a annoncé 8 milliards d'euros de perte pour 2020 (illustration).

Renault a annoncé ce vendredi 19 février avoir enregistré une perte historique de 8 milliards d'euros au cours d'une année 2020, marquée par la crise du coronavirus, est-il expliqué dans un communiqué. Cette perte historique s'explique principalement par la contribution du partenaire japonais Nissan, détenu à 43 % par Renault : il a pénalisé le groupe au losange à hauteur de 4,9 milliards d'euros. Le constructeur automobile français a limité la casse au second semestre avec un chiffre d'affaires en recul de seulement 8,9 % et 660 millions d'euros de perte nette. Mais ses chiffres annuels restent plombés par des ventes en recul de - 21,3 % et les résultats de Nissan. Renault avait enregistré au premier semestre une perte de 7,3 milliards d'euros dans le contexte de la crise du Covid-19.

« La priorité est donnée à la profitabilité et à la génération de cash, comme annoncé lors de notre plan stratégique Renaulution », présenté en janvier, a indiqué le directeur général, Luca de Meo, cité dans le communiqué. « L'année 2021 sera difficile, avec des incertitudes liées aux crises sanitaires ainsi qu'à l'approvisionnement de composants électroniques ». Le groupe n'a pas publié de prévisions pour l'année 2021. Il a accumulé des réserves de liquidités à hauteur de 16,4 milliards d'euros, dont 4 milliards tirés sur des prêts garantis par l'État.

À LIRE AUSSIPourquoi il faut protéger les entreprises françaises de l'ogre américain

15 000 suppressions de postes déjà prévue [...] Lire la suite