Marchés français ouverture 7 h 17 min
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 804,34
    -421,74 (-1,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0515
    -0,0013 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    16 153,47
    -293,12 (-1,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,89
    -3,26 (-0,80 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     

Renault et Nissan veulent "continuer ensemble", assure le directeur général de Renault

Augustin DETIENNE/CAPA PICTURES

Les deux constructeurs automobiles, unis dans une "alliance" depuis 1999, négocient actuellement une remise à plat de leurs accords de participations croisées, selon plusieurs médias. Ces derniers ont rapporté que Renault, qui cherche à dégager des liquidités afin de davantage investir dans les technologies de la voiture du futur, pourrait réduire sa part au capital de Nissan à 15% contre 43% actuellement. En contrepartie, le constructeur japonais, qui détient lui-même 15% de Renault, investirait dans Ampere, l'entité qui réunira en France les activités électriques de Renault et a été officialisée mardi par le directeur général du groupe au Losange, Luca de Meo.

"Ca fait quelques mois qu'on discute" notamment avec le directeur général de Nissan Makoto Uchida, sur (la façon) de "faire évoluer l'alliance", et "l'important, c'est qu'on s'est accordés sur le fait qu'il faut continuer ensemble", a assuré M. de Meo, qui a récemment évoqué la nécessité d'une relation "plus égale" entre les partenaires.

"Le calendrier est dicté par le fait qu'on arrive à avoir un accord sur des centaines de thèmes. Ces discussions-là sont assez complexes par définition", a développé Luca de Meo sur l'antenne de BFM Business. "Certainement, il y a de la méfiance" entre les deux groupes, dont le partenariat a vacillé dans la foulée de l'arrestation en 2018 au Japon de l'ancien dirigeant Carlos Ghosn pour malversations financières présumées, a reconnu le directeur général de Renault. Mais, a-t-il plaidé, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Coupe du monde au Qatar : une filiale de Vinci mise en examen pour des conditions de travail dégradantes
TotalEnergies reste en Russie pour le "bien-être de l'Europe", se défend le PDG
Grève à la RATP : les dernières prévisions pour les métros, bus, RER et trams
La Française des Jeux lance une appli de poker
Des producteurs de fruits et légumes réclament un bouclier tarifaire