La bourse ferme dans 4 h 8 min
  • CAC 40

    5 562,61
    +70,46 (+1,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 500,74
    +37,70 (+1,09 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1879
    +0,0034 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    1 813,00
    -24,80 (-1,35 %)
     
  • BTC-EUR

    15 987,79
    +406,65 (+2,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    375,02
    +13,59 (+3,76 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,47
    +0,41 (+0,95 %)
     
  • DAX

    13 249,91
    +122,94 (+0,94 %)
     
  • FTSE 100

    6 401,37
    +67,53 (+1,07 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3332
    +0,0010 (+0,08 %)
     

Renault : coup d’envoi à la suppression de 2.500 emplois en France

·2 min de lecture

Les suppressions d'emplois programmées dans l'ingénierie et le tertiaire chez Renault sont sur les rails... Négocié depuis mi-octobre, l'accord sur la disparition de 2.500 postes dans l'ingénierie et les fonctions tertiaires du constructeur auto en France, via des départs volontaires, a été validé par la signature de syndicats totalisant plus de 50% de représentativité. Cet accord s'inscrit dans le cadre du plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros sur trois ans, annoncé fin mai par la direction, qui prévoit environ 15.000 suppressions de postes dans le monde, dont 4.600 en France. Les 2.100 suppressions d'emplois prévues dans les usines françaises restent à négocier.

Après FO, qui avait indiqué dès lundi qu'elle signait cet accord, la CFE-CGC, puis la CFDT ont à leur tour annoncé jeudi leur décision de parapher le texte. La CGT, troisième syndicat représentatif du groupe, doit se prononcer "en fin de journée", a-t-elle précisé à l'AFP. Mais l'accord est d'ores et déjà validé. En signant un texte "uniquement basé sur des départs volontaires", la CFE-CGC "évite aux salariés des licenciements via un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi, NDLR) que la situation de Renault aurait pu justifier", a souligné le premier syndicat de Renault dans un communiqué. De même, quand FO avait annoncé sa signature lundi à l'issue de la dernière réunion de négociation, le quatrième syndicat du groupe s'était félicité qu'il n'y ait "pas de départs contraints".

>> A lire aussi - Luca de Meo : les chantiers du nouveau DG de Renault

Sur les 2.500 emplois supprimés, "1.900 feront finalement l'objet d'un plan de départs volontaires, les 600 restants s'étant faits par départs naturels cette année", avait noté FO. Outre des départs volontaires par rupture conventionnelle collective (RCC), possibles jusqu'à fin septembre 2021, l'accord contient un volet de "dispense d'activité" pour des salariés proches de la retraite, qui toucheront 72% de leur salaire brut.

Pour les personnels qui restent dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des salariés de Bridgestone Béthune saisissent la justice face à la fermeture
PSA Peugeot Citroën - Fiat Chrysler (FCA) : vote sur la fusion début janvier
Tesla va “profondément changer de modèle” selon Morgan Stanley, les actions bondissent
Auto : Renault résiste mais PSA Peugeot Citroën flanche en Europe, la France à la peine
Autolib’ : Total va étendre le parc de bornes de recharge pour voiture électrique