La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    30 702,15
    +811,96 (+2,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Renault centré sur le bas de gamme: la rentabilité impossible

·2 min de lecture

Les ventes de Renault ont baissé de 21% l'an dernier. 65% des véhicules écoulés étaient des petits modèles à faible rentabilité. C'est le problème structurel de Renault, dont le prix de vente moyen des véhicules est très bas 16.000 euros. Luca De Meo annoncera le 14 janvier le plan "Renaulution" pour monter en gamme, tout en réduisant encore les coûts.

Luca De Meo imprimera enfin jeudi 14 janvier sa marque de fabrique sur Renault avec un plan stratégique très attendu, six mois après avoir pris sa direction générale. Baptisé "Renaulution" (2020-2026), il doit sauver Renault, en remplacement de "Drive the future", lancé par l’ex-PDG Carlos Ghosn et dont les objectifs n’ont pas été atteints, de très loin. Il y a urgence. Avec une d'euros et une marge négative de 6,5% au premier semestre 2020, Renault a battu tous les records de déficit. Et de très mauvais résultats financiers sur l’ensemble de l’année derrière sont attendus le 19 février.

Lire aussi

En attendant, Denis Le Vot, directeur commercial du groupe tricolore et annonce ce mardi 12 janvier des ventes pour le groupe tricolore en recul de 21,3% à 2,95 millions d’unités en 2020. Soit une chute supérieure à celle du marché mondial, en recul de 14,2%. Logique, c’est le marché d’Europe qui a le plus plongé l’an dernier – avec celui de l’Amérique latine – en raison de la pandémie de Covid-19.

Plongeon des ventes en Europe

La marque Renault (qui comprend les véhicules à bas coûts de Dacia estampillés du losange en Russie, Amérique latine, Inde) a reculé de 24% (à 1,79 million de véhicules) l'an dernier, le label roumain à bas coûts Dacia de 29% (à 520.700) et la marque Alpine de… 68% (à 1.500 unités seulement). Lada, la marque russe d’Avtovaz que Renault contrôle, a limité pour sa part la casse (-7% à 384.000), tandis que le label coréen RSM a crû de 14% (à 90.300). Le groupe dans son ensemble chute en Europe (-26% à 1,44 million), mais également en Amérique latine (-38,6% à 260.500), en Afrique-Moyen-Orient-Inde (-23% à 346.000), en Chine (-13% à 155.000).

Dans ce sombre panorama, Denis Le Vot voit quelques motifs de fierté. Les ont battu tous les records sous la pression des pouvoirs publics, même si les chiffres absolus restent marginaux (116.000 unités en Europe, soit un doublement). La Zoé est même la première voiture électrique en France, en Allemagne. L’arr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi