Marchés français ouverture 6 h 30 min

Renault : Carlos Ghosn contre-attaque et saisit les prud'hommes

latribune.fr

L'ancien patron de Renault, Carlos Ghosn, qui a fui le Japon où il est poursuivi pour malversations, a saisi en référé les prud'hommes pour réclamer le paiement de son indemnité de départ en retraite, selon des sources concordantes confirmant, lundi, une information du Figaro.

"Il y a une procédure auprès des prud'hommes" à Boulogne-Billancourt, siège du groupe, a confirmé à l'AFP une source dans son entourage. Un porte-parole de Renault a confirmé que le constructeur automobile a "reçu fin décembre une assignation aux prud'hommes".

Une audience est prévue "fin février", ont indiqué les deux parties, sans dévoiler la date précise.

Litige sur l'indemnité de retraite

Le litige porte sur le versement d'une indemnité de départ en retraite de 249.999,99 euros. Cette somme ne lui a pas été versée par Renault au motif que Carlos Ghosn aurait démissionné de l'entreprise fin janvier 2019, alors qu'il était encore en prison au Japon.

Mais l'ancien patron, actuellement au Liban, assure avoir quitté l'entreprise, sans démissionner, afin justement de faire valoir ses droits à la retraite, alors qu'il était de fait empêché de diriger le groupe.

"Compte tenu notamment de son arrestation au Japon en novembre 2018, Carlos Ghosn, s'est vu contraint, le 23 janvier 2019, d'informer Renault de sa décision de quitter définitivement l'entreprise, afin de prendre sa retraite", affirme sa défense.

"J'ai des droits [...] qui n'ont pas été respectés"

Au printemps 2019, il a d'ailleurs fait les démarches pour liquider ses droits. "Il bénéficie du versement de cette pension depuis le 1er juin 2019, tant au titre du régime de base que du régime Agirc - Arrco", a-t-on précisé de même source. "Or, en dépit de [...] ses demandes répétées auprès de [Renault], son indemnité de départ en retraite ne lui a toujours pas été versée, plus de

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Carlos Ghosn se pose en victime d'un complot, orchestré par "une poignée d'individus sans scrupules"
Sa fuite, Renault-Nissan, son épouse : ce qu'il faut retenir de la conférence de Carlos Ghosn
Les critiques de Ghosn contre la justice japonaise sont "inacceptables" pour le parquet de Tokyo
Carlos Ghosn : Michel Sapin (PS) fustige le comportement de l'ancien PDG
Carlos Ghosn au Liban, une épine de plus dans le pied de Nissan
Après le Japon, le Liban interdit à Carlos Ghosn de quitter le territoire
Carlos Ghosn annonce-t-il la fin du charisme autoritaire en entreprise ?