La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    27 781,02
    +497,43 (+1,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,1876
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    26 235,80
    +274,77 (+1,06 %)
     
  • BTC-EUR

    32 791,36
    -2 253,51 (-6,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    951,68
    -9,21 (-0,96 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     

Comment Renault améliore la rentabilité de la voiture électrique

·2 min de lecture

Au petit jeu des annonces d’investissements dans l’électrique, Renault ne dégaine pas les plus gros chiffres. Ce qui ne l’empêche pas de travailler à rapatrier en interne la valeur des batteries et des moteurs.

Le 8 juillet dernier, Renault déclarait vouloir investir 10 milliards d’euros dans la voiture électrique, au cours des cinq années à venir. Voilà qui semble bien peu, comparé aux 73 milliards d’euros promis par le Groupe Volkswagen. Mais pour un constructeur qui accusait l’an dernier un niveau historique de pertes, à 8 milliards d’euros, l’effort est considérable.

Hélas ! Les marchés financiers n’ont pas été impressionnés par le volontarisme de Renault : le jour de cette annonce, son action enregistrait l’une des plus fortes baisses du CAC 40. Comme si, au lieu d’y voir la preuve de la résilience du constructeur français, les investisseurs ne retenaient que le côté désespéré de sa situation. La sentence est sévère. Les marchés reprochent au pionnier Renault de s’être laissé rattraper par ses rivaux. Mais c’est ignorer les atouts dont dispose le Français pour élargir rapidement son offre de voitures 100 % électriques et diminuer leur prix de revient.

Sur l'électrique, Renault s’efforce de garder ses coûts constants, tout en améliorant sa productivité

“Notre objectif est de mieux maîtriser la chaîne de valeurs”, expose Gilles Le Borgne, Directeur de l’Ingénierie du Groupe Renault. “Une batterie moyenne d’une capacité de 60 kWh représente entre 30 % et 40 % du coût de la voiture électrique. Les partenariats noués avec les fabricants de batteries vont nous permettre d’internaliser une part de cette valeur.”

Pour tirer les prix vers le bas, le recyclage de la batterie joue un rôle prépondérant. “Notre objectif est d’atteindre un taux de valorisation suffisant élevé pour permettre de refabriquer des cathodes à partir des résidus du recyclage”, résume Sophie Schmidtlin, Directrice Ingénierie Avancée chez Renault. “C’est une bonne raison de préférer la chimie nickel manganèse cobalt (NMC), plus chère de 10 % à 15 % que le lithium fer phosphate (LFP), dont les constituants n’ont qu’une faible valeur marchande.” Leur recyclage ne présente donc aucun intérêt économique. Al[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Qui est Envision AESC, le nouveau fournisseur de l'Alliance Renault-Nissan?Véhicule à hydrogène: les équipementiers français technologiquement en pointeMalgré la pandémie, le coût de la voiture électrique à parité avec l’essence dès 2023 Interdiction des voitures essence, diesel: attention au coût politico-social explosif!ZFE : pas de report de l’interdiction des voitures Crit’Air 3

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles