La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 691,46
    -1 147,31 (-3,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2496
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Renault à la recherche d’un nouveau souffle

·1 min de lecture
Renault se cherche, notamment au niveau du style, mais le SUV coupé Arkana ou l'Alpine montrent qu'il n'y a pas que le low cost dans sa boîte à projets.
Renault se cherche, notamment au niveau du style, mais le SUV coupé Arkana ou l'Alpine montrent qu'il n'y a pas que le low cost dans sa boîte à projets.

Le marché n’est pas un long fleuve tranquille et le sens prêté à chaque marque loin de relever de l’évidence ou de la situation acquise. Le groupe Renault le redécouvre auprès d’un Dacia toujours gonflé pas ses missions low cost et une Renault en perte d’identité, voire de substance. Les ingrédients sont là, les nouvelles gammes arrivent, mais les acheteurs sauront-ils les reconnaître ?

En attendant ce bout du tunnel, le groupe Renault a annoncé lundi que ses ventes avaient continué de baisser de 4,5 % en 2021, pour la troisième année consécutive, sous l’effet d’une nouvelle politique commerciale plus clairvoyante, mais aussi de l’inévitable pénurie de puces électroniques.

Après avoir enchaîné les records de ventes pendant quelques années avec des véhicules « low cost », le groupe automobile français a coupé dans ses coûts, dans ses effectifs, et a changé de trajectoire commerciale, à la recherche de ventes rentables plus que de gros volumes. Une politique plus saine, mais qui doit digérer une transition indigeste avec l’ancien système.

Dont acte : sur un marché plutôt stable par rapport à la catastrophique année 2020, le constructeur a vu ses ventes baisser à moins de 2,7 millions de véhicules dans le monde en 2021, soit 1,2 million de moins qu’en 2018. Un séisme.

Ses concurrents s’en sont mieux sortis : si le leader du marché européen, le groupe Volkswagen, a vu ses ventes baisser de 2,7 % sur le continent, son dauphin Stellantis devrait annoncer une année s [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles