La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 166,37
    +578,71 (+1,72 %)
     
  • Nasdaq

    13 179,20
    +147,52 (+1,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0015 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 744,00
    -4 488,57 (-9,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 325,13
    -62,77 (-4,52 %)
     
  • S&P 500

    4 129,92
    +66,88 (+1,65 %)
     

Renaud Muselier prend la tête du front du Sud

·2 min de lecture

SÉRIE LA FRONDE DES TERRITOIRES [5/9] - De Nice à Marseille, la région Paca a profité de la crise pour affirmer son autonomie. Son président, notamment, a multiplié les propositions… restées sans réponse. Il se tourne vers l'Union européenne.

Au pays de Gaston Defferre, le père de la décentralisation, la gestion très jacobine de la crise sanitaire fait régulièrement sortir les élus de leurs gonds. « Ferme-la, Véran ! », s'emportait, fin septembre, Maryse Joissains-Masini, la maire (LR) d'Aix-en-Provence, devant toute la presse, à l'annonce de la fermeture des bars et des restaurants de la métropole d'Aix-Marseille. Après un été très touristique et festif, elle savait pourtant bien, à l'instar de toutes les autorités locales, que le nombre de cas de Covid-19 repartait à la hausse et que les services de réanimation se remplissaient dangereusement. Mais le gouvernement, et surtout son ministre de la Santé, Olivier Véran, avait fait une erreur stratégique majeure. La décision de siffler la fin de la saison estivale avait été prise à Paris, sans concertation. Et les élus locaux n'en avaient été informés que dix minutes avant l'annonce officielle.

Relations tendues

Depuis cet épisode, où Paris inflexible a fait face à Marseille enragé, les relations sont tendues. Récemment, le pouvoir central a pourtant fait un effort avec la région rebelle : lorsqu'il a fallu confiner Nice, le 20 mars, cela s'est fait à la demande de Christian Estrosi, son maire. Et les discussions ont duré deux jours entre la Côte d'Azur et Paris pour décider de ne confiner que le littoral, l'arrière-pays restant à l'écart de la flambée de l'épidémie.

« Dans cette crise, les régions sont à la manœuvre, affirme Renaud Muselier, le président LR de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Nous sommes moins lourds, plus dynamiques, plus structurés et donc plus efficaces que l'Etat central. Et ça, ça irrite Paris. » Président de l'Association des régions de France, médecin de formation et directeur de clinique privée, Renaud Muselier a tenté de peser sur l'orientation de la politique sanitaire gouvernementale. A l'automne, il a proposé que les régions aient le droit d'acheter elles-mêmes des vaccins. Refusé. Il a réclamé le droit aux instances régionales de s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi