La bourse ferme dans 5 h 45 min
  • CAC 40

    7 044,60
    -37,41 (-0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,03
    -22,60 (-0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0830
    -0,0027 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 919,90
    -19,30 (-1,00 %)
     
  • BTC-EUR

    21 139,34
    -516,87 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,94
    -18,93 (-3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,77
    -1,13 (-1,45 %)
     
  • DAX

    15 034,12
    -91,96 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 729,74
    -55,13 (-0,71 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2320
    -0,0034 (-0,28 %)
     

Renationalisation d'EDF : 12 euros par action, une mauvaise affaire pour les petits actionnaires ?

Les actionnaires-salariés  d'EDF ne sont pas satisfaits de l'offre de l'Etat
Les actionnaires-salariés d'EDF ne sont pas satisfaits de l'offre de l'Etat

C'est une offre qui ne passe pas. Début octobre, l'Etat a officiellement lancé le processus de renationalisation d'EDF, une opération à 9,7 milliards d'euros pour relancer un vaste programme nucléaire. « Nationaliser EDF, c'est nous donner toutes les chances d'être plus indépendants dans les années qui viennent en matière énergétique, plaide le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. C'est une décision stratégique forte et nécessaire pour le pays ».

Pour cela, l'Etat s'est engagé à acheter les 16% du capital d'EDF qu'il lui manque au prix de 12 euros par action. Une proposition validée fin octobre par le conseil d'administration du groupe, mais qui ne convient pas à certains petits porteurs.

Un prix par action très loin de 32 euros

Pour Energie en actions, une association composée d'actionnaires salariés et d'anciens salariés du groupe EDF, ce prix est clairement insuffisant et ne permet absolument pas d'indemniser les actionnaires fidèles qui ont fait confiance en l'Etat en participant à l'ouverture du capital en 2005. » En effet, près de 5 millions de particuliers avaient alors acheté des titres à 32 euros.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Prêt immobilier : cette solution pour payer son crédit moins cher
- Prêt immobilier : vaut-il mieux acheter son bien maintenant ou attendre quelques mois ?
- Prêt immobilier : la banque peut-elle encore me forcer à remplir un questionnaire de santé ?