Marchés français ouverture 2 h 2 min
  • Dow Jones

    32 196,66
    +466,36 (+1,47 %)
     
  • Nasdaq

    11 805,00
    +434,00 (+3,82 %)
     
  • Nikkei 225

    26 589,58
    +161,93 (+0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0401
    -0,0015 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    19 825,12
    -73,65 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    29 206,57
    +512,48 (+1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    682,02
    +0,92 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 023,89
    +93,81 (+2,39 %)
     

Renaissance, Ensemble, NUPES: ce que cachent les nouveaux noms d'organisations politiques

"Renaissance", "Ensemble", "Nouvelle union populaire écologique et sociale"... A l'approche des législatives, les formations politiques dégainent leurs nouveaux noms. Stratégie, communication, hésitations: décryptage de ces choix qui ne sont jamais anodins.

La longue route des "Marcheurs" s'arrête. Le parti d' a annoncé, jeudi 5 mai, se renommer Renaissance. Quelques minutes plus tôt, lors de la même conférence de presse, la majorité présidentielle, composée de l'ex-, mais aussi d'Horizons d' et du de , a annoncé former une confédération en vue des législatives: "Ensemble". A gauche, c'est le sigle NUPES, pour Nouvelle union populaire écologique et sociale, qui a été choisi pour porter les listes de la , des , des et des . Mais que se cache-t-il derrière tous ces nouveaux noms d'organisations politiques?

"Les changements de nom révèlent des volontés de changements de stratégie", analyse Julien Fretel, directeur du département de sciences politiques de l'université Paris 1. Michelle Lecolle, linguiste à l'université Sorbonne Nouvelle, se penche quant à elle sur le phénomène depuis des années: "Renouveler les noms de partis n’était pas si fréquent avant. Ca s'est accéléré ces dernières années, notamment avec l'arrivée de LREM: ils sont baignés dans la culture de communication, de branding."

Lire aussi

Ainsi, pour le parti présidentiel, la volonté de dépoussiérer son image est claire, selon Julien Fretel: "Le label La République en marche n’a pas été une grande réussite. Il n’a pas imprimé dans les esprits." Autre élément, remarqué par le chercheur: "Le groupe Renaissance était le nom des listes LREM aux élections européennes. . Si la campagne présidentielle n'avait pas été si courte, les réseaux Renaissance, issus des élections européennes, auraient eu un rôle pendant la campagne."

Ensemble: "Un mot pour conjurer" les divisions

"C'est aussi une manière de chercher à créer une réalité", souligne Julien Fretel. En d'autres termes, pour renaître, on dit que l'on renaît. De même, la confédération Ensemble cherche à réaliser une unité loin d'être évidente, rappelle le professeur de sciences politiques: "C’est un mot pour conjurer. Entre Edouard Philippe, , et François Bayrou, être ensemble, ce n’est pas naturel". Le chercheu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles