La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,35 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0259
    -0,0067 (-0,65 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +3,40 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    23 756,79
    -291,48 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -0,21 (-0,23 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,35 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,29 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,68 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,22 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2138
    -0,0065 (-0,53 %)
     

Remise sur le carburant: l’Etat abandonne-t-il le climat pour le social?

SEBASTIEN BOZON / AFP

Pour aider les Français à faire face à la baisse du pouvoir d’achat, le gouvernement va mettre en place une série de mesures de soutien comme une remise de 30 centimes par litre de carburant. Mais cette aide aux automobilistes menace les actions de lutte contre la pollution notamment en rendant remettant en cause l'effectivité de la taxe carbone.

La loi pouvoir d’achat remet-elle en cause la pertinence de la fiscalité écologiste, et notamment la taxe carbone? C’est le paradoxe qui se profile pour cette redevance écologique créée en 2014 pour inciter les Français à moins rouler. Après 10 ans de lutte contre la voiture polluante, voilà que l’Etat va octroyer une remise à la pompe de 30 centimes par litre de carburant à partir de septembre pour protéger le pouvoir d’achat des automobilistes. Il faut dire que depuis plusieurs mois, les prix à la pompe ont grimpé en flèche, tutoyant les deux euros le litre. En cause, notamment : l'embargo sur le pétrole russe décidé par les Occidentaux (Etats-Unis et Europe) en représailles à l'invasion russe en Ukraine et l'incapacité des pays de l'OPEP+ à hausser leur production. Une nouvelle ristourne, donc, qui vise à aider les Français, mais aussi à contenir la grogne sociale.

Cette nouvelle mesure de soutien de l'Etat aux automobilistes va coûter 4,4 milliards d’euros à au gouvernement. Une subvention qui agace Christian Gollier, économiste et directeur général de Toulouse School of Economics.

Si, en réalité, le gouvernement ne réduit pas les taxes (qui représentent environ 60% du prix du carburant) mais ajoute une subvention, l'impact contraignant de la taxe se trouvera réduit. Car l''Etat prend de l'argent sur le litre de carburant (environ 90 centimes pour l'ensemble des taxes) de la main droite et en donne de la main gauche, ce qui annule une partie de l'effet des impôts. La taxe carbone toujours en place donc, incite les Français à moins rouler et à consommer moins d’énergie fossile, quand dans le même temps, la ristourne de 30 centimes de l'Etat va permettre aux automobilistes de davantage [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles