La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    24 045,68
    +76,13 (+0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Remaniement: d'économiste à diplomate, Laurence Boone fait le grand saut

Glasshouse

La cheffe économiste de l'OCDE, qui a fait toute sa carrière dans les banques et institutions internationales, a été nommée secrétaire d'Etat chargée de l'Europe. Son passage à l'Elysée, en 2014, sous François Hollande lui avait permis de faire ses premières armes dans la diplomatie, où elle débarque aujourd'hui.

C’est le grand saut. Laurence Boone était jusqu’alors le symbole de la réussite des économistes français sur la scène internationale occupant, depuis juillet 2018, le poste d’économiste en chef de l’OCDE. Elle démarre aujourd’hui une carrière politique, nommée secrétaire d’Etat chargée de l’Europe, sous l’autorité de Catherine Colonna, la ministre des Affaires étrangères. Jusqu’alors, elle était une vigie de l’économie mondiale, à la tête d’une armada d’une centaine d’experts, qui pondent moult rapports et prévisions. Elle va désormais s’attaquer au travail diplomatique, avec les 26 autres Etats de l’Union, des grands sujets européens, notamment celui de la dépendance énergétique à la Russie où l’unité européenne est singulièrement mise à mal.

De Barclays à l'Elysée

A 53 ans, c’est une situation nouvelle pour elle. Titulaire d’un doctorat de la London Business School, Laurence Boone a tracé sa route d’économiste en enchaînant les postes dans les banques, chez Barclays et Merrill Lynch, puis . Mais dans ce parcours, elle s’est offert une parenthèse politique, un prélude au poste qu’elle va occuper aujourd’hui. En juillet 2014, elle est entrée au cabinet de François Hollande à l’Elysée en tant que "chef du pôle Economie et Finances", au moment où Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint, quittait le Palais. Puis, elle sera bombardée Sherpa du président, à la manœuvre pour organiser les sommets internationaux, notamment autour de la dette grecque, avec le titre de "conseillère spéciale pour les affaires économiques et financières multilatérales et européennes". Cette période lui a donné une expérience diplomatique, qui sera précieuse dans ses nouvelles fonctions.

Elle a soutenu activement le "quoi qu'il en coûte"

Très écoutée des cercles du pouvoir à Paris, en tant qu’économiste en chef de l’OCDE, Laurence Boone a été très tôt partisane d’une action résolue des Etats pour faire face au choc du Covid, ce "quoi qu'il en coûte" qui a creusé les déficits. "La si[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles