La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 930,25
    +1 130,43 (+2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Relocalisations, investissements: pendant la crise, l’industrie sauve les meubles

·2 min de lecture

Frémissement dans les relocalisations, volonté d'investissement intacte: l’industrie parvient à amortir la crise. Une étude publiée par l’institut Trendeo inspire un optimisme prudent pour le secteur.

Ils sont de retour ! Les cycles Mercier, ceux qu’enfourchaient Poulidor et Zoetemelk sur le Tour de France, vont de nouveau être fabriqués dans l’Hexagone. Le fonds d’investissement luxembourgeois Starship Investments, qui détient la marque, a annoncé que la nouvelle usine ouvrira ses portes au dernier trimestre de 2021. , sur ce flanc est de la France qui a vu fuir sa production manufacturière depuis des décennies. Après l’annonce, le 28 janvier, de la reprise des increvables verres Duralex par la maison mère de Pyrex, International Cookware, les vénérables marques de l’industrie tricolore donnent donc quelques raisons d’espérer.

Cet optimisme prudent est partagé par l’institut , qui a publié mardi 2 février son étude sur l’emploi en France en 2020. Sur ce front de l’emploi, l’industrie a amorti le choc – si rude fut-il. L’an dernier, 14.755 emplois ont été détruits, rompant brutalement avec trois années d’embellie, lorsque l’énergie, l’industrie chimique et bien sûr l’aéronautique multipliaient les embauches. Dans ce dernier secteur, , onze années de création de postes ont ainsi été rayées d’un trait de plume avec la crise du coronavirus.

Renouer avec l'avant-covid

Toutefois, ces près de 15.000 emplois ne représentent qu’un tiers du total perdu lors de la précédente crise, de 2009. Et si le solde net de la démographie des usines est négatif, avec 22 implantations manquant à l'appel au final en 2020, le plongeon n’a rien à voir avec la noire année de 2012, où le bilan était de 141 usines perdues.

Les ont donc bien joué leur rôle. "Il faudra d’ailleurs prendre garde à la manière dont seront démontés ces dispositifs, pour éviter un effondrement", prévient David Cousquer, le fondateur de Trendeo. Et pour permettre au secteur industriel de renouer avec son développement fragile, mais vertueux de l’avant-crise.

Des PME entreprenantes

Quelques points de l’étude Trendeo laissent penser que ce rebond n’est pas impossible. Les relocalisations, tous secteurs de l 'économie [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi