La bourse ferme dans 5 h 48 min
  • CAC 40

    5 964,64
    +170,49 (+2,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 439,07
    +96,90 (+2,90 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9871
    +0,0044 (+0,44 %)
     
  • Gold future

    1 717,20
    +15,20 (+0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    20 179,27
    +604,09 (+3,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    452,69
    +17,33 (+3,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,19
    +0,56 (+0,67 %)
     
  • DAX

    12 526,33
    +316,85 (+2,60 %)
     
  • FTSE 100

    7 021,58
    +112,82 (+1,63 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1335
    +0,0015 (+0,13 %)
     

Relèvement des tarifs EDF: après des députés, des sénateurs socialistes saisissent le Conseil constitutionnel

Alain JOCARD / AFP

Après des députés de la Nupes, plus de 60 sénateurs socialistes ont saisi lundi le Conseil constitutionnel. Ils pointent les articles 39, 40 et 41 du projet de loi pouvoir d'achat, qui relèvent le prix régulé de l'électricité nucléaire.

Et si le feuilleton de la loi pouvoir d'achat n'était pas tout à fait fini? Après des députés de la , plus de 60 sénateurs socialistes ont saisi lundi 8 août le Conseil constitutionnel sur les articles 39, 40 et 41 du projet de loi pouvoir d'achat, qui relèvent le prix régulé de l'électricité nucléaire. Ils estiment dans un communiqué que ces articles "portent atteinte de façon conjointe au droit de , à la liberté d'entreprendre et aux exigences constitutionnelles en matière de loi de validation".

Lors de l'examen du texte, les députés avaient approuvé, contre l'avis du gouvernement, le relèvement du prix régulé auquel est obligé de revendre une part de son électricité nucléaire à ses concurrents, passant de 42 euros actuellement à "au moins 49,5 euros" par mégawattheure (MWh) à compter du 1er janvier 2023. Cette obligation, connue sous le nom d'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique), a été imposée à EDF depuis 2011 dans le cadre de l'ouverture à la concurrence du marché de l'électricité.

Les sénateurs pointent que "la fixation de ce nouveau prix n'a nullement pris en compte les conditions économiques de production d'électricité", comme l'exigeait en 2019 une précédente décision du Conseil constitutionnel. Or, les élus observent que "la capacité productive est moindre aujourd'hui" en raison de "l'arrêt de certains réacteurs". Ils arguent aussi que "la n'a nullement approuvé par écrit l'augmentation du plafond et du tarif, comme l'exige pourtant le droit de l'Union européenne". Enfin, ils pointent que "l'obligation de vendre à un tarif réglementé", quand "EDF fait face à des difficultés économiques historiques", "porte une atteinte disproportionnée à sa liberté d'entreprendre (d'EDF)".

Déjà deux recours déposés par la Nupes

Vendredi, des députés de l'alliance de gauche Nupes avaient aussi déposé des recours auprès du Conseil constitutionnel contre les deux textes sur le pouvoir d'achat, dénonçant des mesures contraires à "plusieurs principes" et "[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi