La bourse ferme dans 3 h 32 min
  • CAC 40

    6 250,66
    +40,11 (+0,65 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 004,60
    +28,19 (+0,71 %)
     
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2048
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 788,20
    -4,90 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    45 537,47
    -441,37 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 272,64
    +9,68 (+0,77 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,96
    -0,39 (-0,64 %)
     
  • DAX

    15 270,59
    +74,62 (+0,49 %)
     
  • FTSE 100

    6 899,29
    +4,00 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3897
    -0,0035 (-0,25 %)
     

Reims: ce que l'on sait de l'agression d'un photo-journaliste

Justine Chevalier
·3 min de lecture

Christian Lantenois, un journaliste au quotidien L'Union-L'Ardennais, a été agressé samedi après-midi lors d'un reportage. Une enquête pour tentative de meurtre a été ouverte.

Pour sa rédaction, son agression n'a rien d'un hasard. Christian Lantenois, journaliste pour le quotidien régional L'Union-L'Ardennais, a été violemment agressé samedi après-midi alors qu'il réalisait un reportage dans le quartier de la Croix-Rouge à Reims. Ce lundi matin, son pronostic vital est toujours engagé, selon des sources concordantes.

Samedi en début d'après-midi, la rédaction de L'Union-L'Ardennais reçoit une alerte. un coup de feu aurait été entendu dans le quartier de la Croix-Rouge, un quartier qualifié de "sensible", et une rixe serait en cours. Christian Lantenois, photo-reporter expérimenté avec 35 ans de métier, et une de ses consœurs, se rendent sur place. Les deux journalistes partent dans deux véhicules.

"Notre consœur était en repérage dans une voiture banalisée, sans appareil photo, sans carnet de notes, détaille sur BFMTV Carole Lardot-Bouillet, la rédactrice en chef de L'Union-L'Ardennais. Nous en étions aux prémices du reportage. Christian Lantenois était en retrait. Quand notre consœur est revenue vers lui, elle l'a découvert blessé, à terre."

Une enquête pour "tentative de meurtre"

Le parquet de Reims a ouvert samedi soir une enquête pour "tentative de meurtre", tout en précisant que les circonstances de l'agression restaient imprécises. Les investigations ont été confiées à la sûreté départementale de la Marne et s'attachent à "identifier les auteurs, les interpeller et comprendre la cinétique des faits", précise ce lundi à BFMTV une source judiciaire, alors que Christian Lantenois a été découvert près de son véhicule floqué aux couleurs de sa rédaction au sol et saignant au niveau des oreilles.

Selon le préfet de la Marne Pierre N'Gahane, des événements se sont bien déroulés samedi après-midi dans ce quartier, classé en zone prioritaire. Les forces de l'ordre étaient "sur place, car elles avaient identifié des mouvements de jeunes, dont certains portaient des battes de base-ball ou des barres de fer", a-t-il précisé.

Toujours selon le représentant de l'Etat, le calme est rapidement revenu dans le quartier samedi. Un quartier qui n'est toutefois pas connu pour des affrontements réguliers entre bandes, alors que trois jeunes ont été tués en Essonne et en Seine-Saint-Denis la semaine dernière.

"Le journaliste était visé"

Les rédactrices en chef de L'Union-L'Ardennais estiment que Christian Lantenois a été visé car journaliste. "Cette agression n’est pas le fruit du hasard: voiture du journal repérée, appareil photo brisé, c’est bel et bien le journaliste qui était visé", ont écrit Géraldine Baehr-Pastor et Carole Lardot dans leur édito de dimanche.

Elles ont également assuré que leur rédaction ne "pliera pas face aux insultes, tentatives d’intimidation et autres pressions dont elle est régulièrement la cible".

Ce week-end, les réactions se sont multipliées à la suite de cette agression. L'Elysée a appelé la rédaction de L'Union-L'Ardennais pour exprimer son émotion et assurer que tous les moyens étaient déployés pour interpeller les agresseurs du journaliste. Le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la ministre de la Culture Roselyne Bachelot ont également apporté leur soutien aux collègues de Christian Lantenois.

Reims: ce que l'on sait de l'agression d'un photo-journaliste
Reims: ce que l'on sait de l'agression d'un photo-journaliste

"Si cette suspicion est confirmée, et si Christian Lantenois a été visé en tant que journaliste, ce qui s'est passé est une atteinte extrême à la liberté de la presse sur le territoire français", a condamné Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :