La bourse ferme dans 3 h 5 min
  • CAC 40

    5 613,68
    +15,07 (+0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 612,75
    +17,33 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    30 930,52
    +116,26 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2111
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 833,60
    -6,60 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    28 398,81
    -107,80 (-0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    676,09
    -39,11 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,40
    +0,42 (+0,79 %)
     
  • DAX

    13 897,03
    +81,97 (+0,59 %)
     
  • FTSE 100

    6 705,32
    -7,63 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    13 197,18
    +198,68 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    3 798,91
    +30,66 (+0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    28 523,26
    -110,20 (-0,38 %)
     
  • HANG SENG

    29 962,47
    +320,19 (+1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3668
    +0,0034 (+0,25 %)
     

Regardez avec quelle aisance les robots de Boston Dynamics dansent !

Edward Back, Journaliste hi-tech
·1 min de lecture

Pour fêter le nouvel an, Boston Dynamics a publié une vidéo de ses trois célèbres robots qui dansent sur la chanson Do You Love Me de The Contours. Bien que très ludique, cette séquence est tout sauf anecdotique. Il s’agit d’une démonstration de l’incroyable agilité de ces machines. Il y a seulement quelques années, marcher sur un sol inégal et contourner des obstacles étaient de véritables prouesses pour n’importe quel robot. Désormais, ils sont capables de danser le twist.

La vidéo démarre avec le robot humanoïde Atlas, qui a fait d’énormes progrès en seulement sept ans. Après avoir démarré en 2013 avec une démarche hésitante, il avait réalisé l’année dernière un enchaînement de gymnastique pour les caméras. Il est accompagné de Spot, le robot le plus célèbre qui a été aperçu en tant que berger ou chien policier, et qui a récemment inspecté le site nucléaire de Tchernobyl. Le dernier du trio est Handle, un robot à deux roues présenté pour la première fois en 2017 et doté d’un bras pour manipuler des cartons dans les entrepôts.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura