La bourse est fermée

Refus du télétravail : ces étranges arguments avancés par des employeurs

Malgré leurs demandes, certains salariés n’ont toujours pas accès au télétravail. Pourtant, leurs fonctions pourraient s’exercer depuis la maison. Florilèges des témoignages recueillis par Capital.

Pendant la période de confinement, le télétravail est devenu la norme pour 8 millions de salariés français. 40% des emplois du secteur privé sont concernés, selon le ministère du Travail. Pour autant, ces chiffres restent théoriques, car l’autorisation de travailler depuis son domicile reste soumise à l’approbation de sa direction. Ces directives ne sont pas toujours bien comprises par les salariés, dont certains font part de leurs angoisses et incompréhensions face à des refus de leurs patrons

Suite à notre article sur les employeurs qui refusent le télétravail, nous avons reçu de nombreux témoignages de salariés inquiets et en colère. “Rester chez soi pour éviter la propagation du virus, d’accord, mais encore faut-il que j’y sois autorisé”, explique Thomas*, cadre dans une agence d’intérim. Dans certaines entreprises, le télétravail était déjà possible avant le début de l’épidémie, mais les salariés ne sont pas autorisés à l’exercer durant la période de confinement. Une situation incompréhensible pour de nombreux employés.

“Les managers sont en télétravail mais pas nous”

“Ça me rend folle, on nous dit qu’on ne peut pas aller à un enterrement, mais on nous oblige à venir au bureau. En temps normal, j’ai pourtant le droit de travailler depuis chez moi”, confie Louise*, salariée d’un groupe immobilier. D’autres reproches concernent le manque d’équipements disponibles pour les salariés. “Mon employeur nous refuse le télétravail en expliquant qu’il n’y a pas de matériel adapté, en l'occurrence, pas d’ordinateur portable”, rapporte Elodie*, salariée dans une banque.

Autre point d’incompréhension : des témoignages nous font part de l’absence des cadres et des managers, autorisés à travailler depuis chez eux. Laura*, conseillère dans une banque, vient d’apprendre que les managers de son service sont en télétravail. “Cette différence de traitement est intolérable, nous écrit-elle, on nous explique que le réseau pourrait être saturé si tout le monde se connecte en même temps.” Dans(...)

Lire la suite sur Capital

Ce contenu peut également vous intéresser :