La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 781,90
    -23,60 (-1,31 %)
     
  • BTC-EUR

    14 174,17
    -104,20 (-0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Recrutement : quelles sont les limites de l'intelligence artificielle ?

·2 min de lecture

Pour pêcher la perle rare dans une marée de CV, les entreprises se fient de plus en plus à des outils dopés à l'intelligence artificielle. Selon une étude réalisée en France par le cabinet de recrutement Robert Walters, cette technologie serait en effet synonyme de gain de temps pour 41% des recruteurs mais aussi 39% des candidats. Cette pratique se développe principalement dans les grands groupes confrontés à des volumes importants de demandes d'emploi. C'est sûr, "la machine ne se fatigue pas.

Elle lit désormais un CV mieux qu'un recruteur en étant capable d'analyser des milliers de documents et d'établir des correspondances entre les candidatures et les critères de l'annonce", avance Laurent Cervoni, docteur en informatique et directeur intelligence artificielle chez Talan. Ce méga comptage doublé d'un apprentissage machine, plus ou moins performant, permet à de nombreux cabinets de conseil en recrutement de promettre aux employeurs un tri des candidats "objectif et scientifique". Un robot recruteur pourrait-il se révéler plus efficace qu'un humain? Tour d'horizon.

1/ Le recrutement augmenté

Dans ce far west numérique, trois modèles de recrutement "intelligents" émergent. Le premier, dit "augmenté", consiste à analyser la correspondance entre le profil d'un candidat et le profil moyen des personnes embauchées à un poste équivalent. Exemple : SmartRecruiters propose aux employeurs, via sa plateforme, de gérer leur recrutement. La start-up enregistre candidats en ligne et CV reçus. "Nous avons 40 millions de profils créés par an ; nous suivons ceux qui ont passé l'étape de l'entretien, ceux qui en ont passé deux, ceux qui ont été recrutés. Ce volume permet une vraie analyse", assure Jérôme Ternynck, directeur. Pour une seule offre, la machine passe au crible 200 candidatures en moyenne. Elle les lit, les résume et leur attribue un score de 0 à 100 qui correspond au niveau d'adéquation avec le poste à pourvoir.

>> A lire aussi - Comment l'intelligence artificielle peut-elle

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un exercice de sport pour muscler les cuisses et les fessiers
Déconfinement : la vive inquiétude des agents des écoles
Bien-être et beauté : quels sont les meilleures sites de vente en ligne en 2020 ?
Récrés décalées, désinfections continues.... à quoi devraient ressembler nos écoles en mai ?
4 étapes à suivre pour éviter les conflits au travail