La bourse ferme dans 5 h 36 min
  • CAC 40

    6 583,12
    +51,20 (+0,78 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 090,89
    +26,06 (+0,64 %)
     
  • Dow Jones

    35 058,52
    -85,79 (-0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1822
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 798,80
    -1,00 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    33 675,93
    +1 758,38 (+5,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    935,18
    +58,95 (+6,73 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,35
    +0,70 (+0,98 %)
     
  • DAX

    15 550,15
    +31,02 (+0,20 %)
     
  • FTSE 100

    7 007,60
    +11,52 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    14 660,58
    -180,14 (-1,21 %)
     
  • S&P 500

    4 401,46
    -20,84 (-0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3876
    -0,0002 (-0,02 %)
     

Records pour les actions à l'approche des résultats

·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi après de nouveaux plus hauts dans le sillage de Wall Street, où l'optimisme l'emporte de nouveau, avant les premières publications de résultats, sur l'inquiétude liée à la pandémie et l'incertitude pour l'inflation.

À Paris, le CAC 40, qui a perdu jusqu'à 0,76% en matinée, a fini sur une progression de 0,46% (29,83 points) à 6.559,25 points. A Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,16% et à Francfort, le Dax a pris 0,65% après un plus haut historique à 15.806,90 points.

L'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,62%, le FTSEurofirst 300 0,72% et le Stoxx 600 0,69% après un record à 461,1 points.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street, indécise à l'ouverture, évoluait dans le vert, le Dow Jones s'adjugeant 0,27%, le Standard & Poor's 500 0,15% et le Nasdaq Composite 0,14%.

Ce dernier et le S&P-500 ont inscrit de nouveaux records et le Dow a repassé les 35.000 points pour la première fois depuis le 10 mai.

Résultat: l'indice mondial MSCI, qui regroupe une cinquantaine de marchés de pays développés comme émergents, a lui aussi inscrit un plus haut.

L'appétit pour le risque reprend ainsi peu à peu repris ses droits, en misant notamment sur la période des publications de résultats, qui débute cette semaine aux Etats-Unis avec les principales banques du pays, dont Goldman Sachs (+2,56%) et JPMorgan Chase (+1,32%).

Les bénéfices du S&P-500 au deuxième trimestre sont attendus en hausse de 65,8% sur un an et pour le Stoxx 600, le rebond devrait atteindre 108,6% selon les données Refinitiv.

Les jours à venir seront aussi marqués par une série d'indicateurs économiques qui incluent les prix à la consommation et les ventes au détail aux Etats-Unis et la production industrielle chinoise, ainsi que par les auditions du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, à la Chambre des représentants mercredi et au Sénat jeudi.

Si l'optimisme reprend l'avantage sur les marchés actions, les investisseurs continuent de surveiller la progression du variant Delta du coronavirus, qui conduit certains pays, en Asie notamment, à prendre de nouvelles mesures de restrictions.

VALEURS

En Europe, parmi les plus fortes progressions sectorielles du jour figurent plusieurs secteurs défensifs comme l'immobilier, dont l'indice Stoxx a gagné 1,63%, ou les services aux collectivités ("utilities") (+1,35%), alors que celui des transports et des loisirs, le plus exposé à la résurgence de la pandémie, affiche un recul de 1,34%.

IAG a perdu 4,24%, Easyjet 3,62%, Ryanair 1,36%.

A Paris, Atos a chuté de 17,94%, sa pire performance sur une séance depuis octobre 2018, après avoir revu à la baisse ses prévisions de résultats pour 2021.

A la hausse, JCDecaux a gagné 10,05% après le relèvement de l'opinion de JPMorgan à "surperformance".

CHANGES

Soutenu par son statut de valeur refuge, le dollar est en légère hausse face aux autres grandes devises (+0,14%). L'euro revient ainsi vers 1,1850 dollar.

Les cambistes attendent notamment les chiffres des prix à la consommation aux Etats-Unis mardi, tout signe de persistance de la poussée inflationniste des deniers mois risquant d'alimenter les spéculations sur un resserrement de la politique de la Fed.

La livre sterling est orientée à la baisse, la perspective de la confirmation par Boris Johnson de la levée des restrictions sanitaires le 19 juillet préoccupant certains cambistes au vu de la résurgence de l'épidémie au Royaume-Uni.

TAUX

Les rendements de référence de la zone euro, qui reculaient à mi-séance en profitant du repli sur les valeurs refuges, ont fini pratiquement inchangés, à -0,296% pour le Bund allemand à dix ans et 0,05% pour l'OAT française de même maturité.

Sur le marché américain, le rendement à dix ans poursuit, à 1,3762%, la remontée entamée vendredi après le plus bas de cinq mois touché la veille. Son rebond est favorisé par l'attente d'une série d'adjudications du Trésor d'un montant global de 120 milliards de dollars.

PÉTROLE

Sur le marché pétrolier, les doutes sur la vigueur de la reprise l'emportent toujours sur la perspective d'un maintien prolongé des mesures d'encadrement de l'offre appliquées par les pays de l'Opep+: le Brent abandonne 0,45% à 75,21 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,56% à 74,14 dollars.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles