La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 659,93
    -68,82 (-0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Le reconfinement devrait faire chuter l'activité économique de 12% en novembre, contre 31% en avril

·2 min de lecture

C'est moins pire que prévu. Le reconfinement devrait amputer l'activité de l'économie française de 12% en novembre, contre 31% en avril, a estimé lundi 9 novembre la Banque de France, qui revoit en baisse sa prévision de chute du PIB pour l'année 2020. La banque centrale avait évalué la récession à 8,7% en septembre, avant la deuxième vague de Covid-19. "Nous pensons aujourd'hui que sur l'ensemble de l'année 2020 on sera entre -9% et -10%" de contraction du PIB, a déclaré sur RTL le gouverneur de la Banque de France (BdF), François Villeroy de Galhau.

Cette prévision reste néanmoins plus optimiste que la récession de 11% prévue par le gouvernement. Alors que la durée du reconfinement n'est pas encore connue, la BdF doit préciser sa prévision à la mi-décembre. Le plongeon est cette fois concentré sur la restauration, le commerce non alimentaire et les activités récréatives, alors que les autres secteurs résistent mieux.

"La perte de PIB pour une semaine-type d'activité (par rapport au niveau normal d'avant la pandémie) serait de -12% en novembre, contre -4% en octobre mais -31% en avril", soit au moment du premier confinement dans l'Hexagone, précise la BdF dans son enquête mensuelle de conjoncture menée auprès de 8 500 entreprises.

"Nous avons appris collectivement à travailler tout en protégeant les salariés", estime François Villeroy de Galhau. Certains secteurs risquent néanmoins de connaître un sort proche du confinement printanier. C'est le cas du commerce non alimentaire, de la restauration traditionnelle et des activités récréatives, où "les perspectives se dégradent fortement".

Sous l'effet des fermetures de commerces sur le territoire et des restrictions de déplacements, les activités de restauration devraient fonctionner à moins de 10% de leur activité normale, et à moins de 20% concernant l'hébergement, prévoit la Banque de France. Ces activités sont les plus touchées, devant celles de location (matériel, automobile...), les loisirs et services à la personne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le plan de relance européen a franchi une nouvelle étape, mais un risque de blocage persiste
McDonald's lance sa propre gamme de produits végétariens appelée 'McPlant'
Burger King, McDonald's : des restaurateurs se paient les chaînes de fast-food
Le CAC 40 s'envole après l'annonce d'un vaccin, mais l'euphorie pourrait vite retomber
L'enseigne de surgelés Picard va proposer la livraison à domicile dans toute la France