La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 996,78
    -33,33 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 721,73
    +51,77 (+0,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 419,61
    -47,00 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0865
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    20 049,64
    +458,21 (+2,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    26 002,21
    +9,18 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    618,63
    +21,17 (+3,54 %)
     
  • S&P 500

    3 936,27
    -0,70 (-0,02 %)
     

La recherche française se met (enfin) au renseignement

Sciences Po Aix

Selon nos informations, une publication semestrielle baptisée "Études françaises de renseignement et de cyber" sera lancée en septembre et regroupera la plupart des chercheurs de la spécialité. L’objectif de ce projet initié par Floran Vadillo, enseignant à Sciences Po: permettre à la France de combler son retard par rapport aux autres pays.

C'était en quelque sorte le chaînon manquant de la recherche scientifique tricolore en matière de renseignement. Alors que les formations académiques sur le sujet ont connu un réel essor ces dernières années, la France ne disposait pas de revue inter-universitaire, transversale, contrairement aux pays anglo-saxons, les plus avancés dans le domaine - la prestigieuse revue britannique Intelligence and National Security étant l'une des références. Ce sera chose faite à compter de septembre prochain. Selon nos informations, une publication semestrielle baptisée "Études françaises de renseignement et de cyber", verra le jour à la rentrée en langue française et anglaise, et rassemblera la plupart des chercheurs français de la spécialité.

"Notre objectif est d’offrir à la communauté scientifique française un débouché en termes de publications, indique Floran Vadillo, enseignant à Sciences Po, qui préside l’association finançant la revue. Les études sur le renseignement se sont développées ces dernières années en France mais notre pays accuse un retard important par rapport à de nombreux États en termes d’audience et de structuration universitaire. Il est aussi aujourd’hui compliqué pour les chercheurs travaillant dans ce domaine d’obtenir des postes à responsabilité à l’université." Il convient aussi de noter que depuis fin février, le pôle "Sécurité et défense" du Conseil national des arts et métiers (CNAM) que dirige le criminologue Alain Bauer, a lancé le premier numéro de sa "Revue de recherche sur le renseignement."

Maîtres-espions et conseil scientifique

"Études françaises de renseignement et de cyber" va rassembler au sein d’un conseil scientifique, 36 universitaires de premier plan. Il réunira des spécialistes français tels que Sébastien-Yves Laurent, Olivier Forcade, Bertrand Warusfel, Pauline Blistène, Guillaume Farde ou Walter Bruyère-Ostells et des experts étrangers comme l’historien allemand Wolfgang Krieger qui a travaillé sur les archives du BND (équivalent [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi