La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 069,50
    -332,51 (-1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0102 (-0,83 %)
     
  • Gold future

    1 726,70
    -48,70 (-2,74 %)
     
  • BTC-EUR

    39 308,26
    -1 966,52 (-4,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    951,38
    +18,24 (+1,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,89
    -1,64 (-2,58 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 258,17
    +138,73 (+1,06 %)
     
  • S&P 500

    3 832,15
    +2,81 (+0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3949
    -0,0064 (-0,46 %)
     

Et si on rechargeait sa montre connectée...avec sa peau ?

·1 min de lecture

Et si notre énergie corporelle signait la fin des piles dans les montres et autres bracelets connectés ? C'est l'idée derrière une montre connectée, encore au stade de prototype, fabriquée par l'entreprise Matrix Industries. Mardi, dans sa chronique "L'innovation du jour", Anicet Mbida nous présente cette technologie mise au point par l'université américaine de Boulder, dans le Colorado. Concrètement, ce procédé permet de convertir la chaleur perdue naturellement par notre corps en électricité. Car si la température interne d'un être humain est de 37 degrés Celsius, elle n'est que de 33 ou 34 degrés Celsius à l'extérieur. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

 

Un volt par centimètre carré

La technique qui permet de générer environ un volt par centimètre carré de peau. C'est assez peu, mais appliquée sur toute la surface d'un bracelet, cette technologie permet de générer cinq volts. Largement suffisant pour alimenter une montre, un capteur de glycémie ou encore un bracelet connecté. Les chercheurs réfléchissent également à adapter cette technologie pour les pacemakers : cela permettrait d'éviter aux patients équipés de ce dispositif de devoir repasser sur la table d'opération pour en changer la pile. Une opération certes anodine mais qui n'est pas exempt de possibles complications. 

Pour l'instant, seule la montre connectée de Matrix Industries est équipée de cette technologie qui mettrait fin aux piles. Il faut donc s'armer encore de patience pou...


Lire la suite sur Europe1