Publicité
Marchés français ouverture 6 h 51 min
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    +282,30 (+0,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,0864
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 636,22
    +82,61 (+0,42 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 621,83
    +4 610,82 (+7,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 515,37
    +160,96 (+11,88 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Les recettes d'EDF pour moins d'arrêts de centrales et plus de production nucléaire

Capital/Unsplash/Pexels

«Au moment même où je vous parle, 35 réacteurs fournissent 37 gigawatts d’électricité. L’année dernière, à la même époque, seuls 30 réacteurs fonctionnaient pour fournir 31 gigawatts», a déclaré ce mercredi 15 novembre Etienne Dutheil, le directeur de la division production nucléaire d’EDF, lors d’une conférence de presse. Pour ceux qui n’auraient pas compris le message, l’énergéticien public est en train de retrouver peu à peu ses capacités de production. Au lieu des 279 térawattheures produits en 2022, entre 300 et 330 twh devraient être produits en 2023. Et la France est en train de repasser du statut d'importateur à celui d'exportateur d’électricité. Une remontée qu’EDF met en partie au crédit de son plan Start 2025 : un programme lancé en 2019 visant à améliorer les performances des arrêts de ses centrales.

Il faut dire que depuis l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, les exigences en matière de sûreté nucléaire ont monté d’un cran. Avec pour conséquence des contrôles plus complexes, occasionnant des arrêts plus longs de la production. Il y a d'abord les arrêts simples qui durent 35 jours en moyenne, puis les visites partielles d’une durée d’environ 90 jours et, enfin, les fameuses visites décennales qui suspendent la production durant au moins 180 jours. A chaque fois, on en profite pour recharger un peu les combustibles. Seuls la nature des contrôles et le niveau de maintenance diffèrent.

Au total, le parc nucléaire français subit ainsi 43 arrêts de réacteurs sur toute (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«Oh Baby» : à quoi vont ressembler les hôtels «low cost» lancés par les fondateurs de Mama Shelter ?
LVMH et Tesla s'envolent en Bourse, Bernard Arnault et Elon Musk voient leur fortune bondir
Ces entreprises s'apprêtent à donner ou vendre à prix coûtant des tonnes de denrées alimentaires à des associations
Dans cette région, si les trains sont en retard, la SNCF va devoir sortir le chéquier
Fraude fiscale : la Cour de cassation renvoie le dossier UBS devant la cour d'appel