La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 572,57
    -337,80 (-1,13 %)
     
  • Nasdaq

    12 192,68
    -13,16 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    26 433,62
    -211,09 (-0,79 %)
     
  • EUR/USD

    1,1937
    -0,0033 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    26 341,49
    -553,19 (-2,06 %)
     
  • BTC-EUR

    16 245,14
    +915,23 (+5,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    380,58
    +15,98 (+4,38 %)
     
  • S&P 500

    3 617,39
    -20,96 (-0,58 %)
     

RDC: la SNEL explique les raisons de l'augmentation des délestages

·2 min de lecture

Les coupures d’électricité excèdent à Kinshasa. Elles sont devenues plus intempestives et prolongées. La société nationale d’électricité (SNEL) fait face à des pannes géantes depuis les barrages hydroélectriques d’Inga. Des travaux sont donc en cours, mais ne devraient pas se terminer rapidement.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Les eaux du fleuve sont abondantes, ce qui devrait normalement augmenter la production électrique en ce dernier trimestre de l’année, mais si, depuis fin septembre, des communes entières sont peu desservies, c’est pour des raisons techniques. Désiré Baleka, chef de la section électricité à la SNEL.

« Il y a trois machines à l’arrêt à l’Inga, ce sont des machines qui ont fait leur temps. Quand vous prenez les trois groupes immobilisés aujourd’hui, ça vous fait plus de 350 MW. C’est ce qui fait que les délestages se sont intensifiés au niveau de Kinshasa. Au plus tard fin décembre, nous allons passer les fêtes du Nouvel an avec plus de puissance que ce que nous avions il y a trois semaines. »

C’est donc le tiers de la production qui est en berne. De quoi provoquer également des coupures sans précédent dans la région minière du Katanga tout comme dans le Kongo central qui abrite les deux barrages d’Inga.

Système D

Pour faire face au déficit dans la capitale, le système D s’applique. « Nous nous sommes entendus avec les industriels de manière à ce qu’ils puissent travailler la journée, et que la nuit on puisse utiliser l’énergie pour alimenter la population », explique Désiré Baleka.

Théoriquement, la SNEL ne fournit à Kinshasa qu’environ 500 des 800 MW nécessaires. À ses problèmes techniques, s’ajoutent des vols de câbles et des supports de lignes. La consommation a aussi fortement augmenté à Kinshasa sur fond de raccordements frauduleux et d’usage disproportionné, toujours selon les dirigeants de la SNEL. Ils comptent désormais généraliser la consommation de l’électricité en mode prépayé, une option qui rencontre des résistances sur le terrain.

►À lire aussi : RDC: après le retrait d’un partenaire, l’agence du barrage Grand Inga rassure