La bourse ferme dans 21 min
  • CAC 40

    5 574,35
    +3,06 (+0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 519,00
    +7,10 (+0,20 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1912
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 813,50
    +2,30 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    14 258,74
    -828,82 (-5,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    331,42
    -39,09 (-10,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    44,99
    -0,72 (-1,58 %)
     
  • DAX

    13 311,78
    +21,98 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    6 360,22
    -30,87 (-0,48 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3333
    -0,0050 (-0,37 %)
     

RDC: quelle est la marge de manoeuvre de Félix Tshisekedi pour former son «union sacrée»?

·2 min de lecture

Vendredi 23 octobre au soir, le chef de l’État congolais a dénoncé le blocage des institutions et de la coalition au pouvoir formée avec son prédécesseur Joseph Kabila. Pour y remédier, il a promis d’organiser dans la semaine des consultations en vue de créer une union nationale. Depuis son discours, formations politiques et organisations de la société civile continuent les discussions internes.

Avec notre envoyée spéciale à Kinshasa, Sonia Rolley

Dans l’entourage du chef de l’État congolais, le message est clair : plus question d’avoir deux pilotes dans l’avion. « Félix Tshisekedi est comme un père, il n’exclura personne », ajoute un proche du président. Mais aujourd'hui, ce qu’il doit surtout faire, c’est rassembler notamment pour trouver une majorité à l'Assemblée nationale, une majorité qui lui permettra d’appliquer ses décisions.

Cap pour le changement, la coalition présidentielle, compte seulement 47 députés sur une Assemblée de 500. De son côté, Joseph Kabila a encore prouvé, lors de la prestation de serment de trois juges constitutionnels désignés par le président Tshisekedi, qu'il contrôle encore une majorité de députés et de sénateurs et certains responsables des services de sécurité qui ont boudé la cérémonie.

Aujourd'hui, Félix Tshisekedi peut espérer obtenir sous certaines conditions le soutien d’une partie de l’opposition et de certains cadres du FCC (Front commun pour le Congo) qui ont déjà amorcés un rapprochement. Mais cela ne suffira pas. Il lui faudra encore convaincre une centaine de députés supplémentaires, débauchés dans des rangs du FCC.

D'après plusieurs témoignages de chefs de partis de la coalition pro-Kabila, il y a du mécontentement en son sein et les réunions se multiplient. Cependant, dans l'entourage de Joseph Kabila, on assure que personne ne se laissera tenter par un leader qui a rompu tous les accords qu'il a signés, Genève, Nairobi et celui signé avec Joseph Kabila, assure l'un d'eux. Réplique cinglante d'un conseiller du président Tshisekedi : il y a des accords dont on pourrait dire qu’il serait criminel de ne pas finir par les dénoncer.