La bourse ferme dans 6 h 40 min
  • CAC 40

    4 890,64
    -19,00 (-0,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 155,05
    -43,81 (-1,37 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1815
    -0,0053 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 901,30
    -3,90 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    11 085,42
    +47,96 (+0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    262,97
    +1,51 (+0,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,80
    -1,05 (-2,63 %)
     
  • DAX

    12 394,61
    -251,14 (-1,99 %)
     
  • FTSE 100

    5 854,84
    -5,44 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3039
    +0,0001 (+0,01 %)
     

RDC: 18 militaires condamnés pour viols dans l'Est

·1 min de lecture

18 militaires ont été condamnés pour viols ce vendredi 4 septembre, à des peines allant de 10 à 20 ans de prison, lors d'un procès à Bukavu, dans l'est du pays.

L'avocat de la défense a déjà annoncé faire appel de la décision. Mais Me Aline Bahati, avocate des parties civiles, soutenues par la Fondation Panzi du Dr Mukwege, s'est dit « satisfaite » de ce jugement. Elle estime qu'il s'agit d'un premier pas pour la justice et que l'État congolais, qui a été condamné solidairement avec les militaires, doit maintenant prendre ses responsabilités.

« Notre satisfaction, c’est du côté du nombre de condamnations jusque-là obtenues, explique Me Aline Bahati. On a malgré tout constaté que les dommages et intérêts alloués aux victimes étaient moindres par rapport aux préjudices subis, mais c’est déjà ça. »

Combat à poursuivre

« Malheureusement, déplore l'avocate, nous constatons que, au-delà de condamnations obtenues, rien d’autre n’est fait. Et l’État congolais est condamné 18 fois. Il s’agit d’hommes, avec les militaires et les policiers, étant donné que sa responsabilité a été établie, mais malheureusement ça cloche au niveau de la réparation respective en faveur de ces victimes. »

Saluant « un premier pas, l'avocate souligne qu'il reste « un grand combat à poursuivre pour obtenir que l’État congolais puisse réparer effectivement, que les dommages et intérêts auquel il a été condamné soit effectivement versés aux victimes ».

À lire aussi : RDC: dans le Masisi, insécurité et déplacements de population riment avec viols