La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    28 475,45
    +799,55 (+2,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Rave party illégale en Bretagne : "Une déferlante de violences à l'encontre des forces de l'ordre"

·1 min de lecture

La tentative de dispersion d'une rave party illégale a tourné à l'affrontement violent entre fêtards et gendarmes, dans la nuit de vendredi à samedi à Redon, en Ille-et-Vilaine. Cinq gendarmes ont été blessés, dont deux ont été évacués à l'hôpital de Redon, et un jeune homme de 22 ans a perdu un main lors des heurts. Le parquet de Rennes a ouvert une enquête sur les circonstances de l'accident. "On était dans un contexte dans le courant de la nuit d’extrême violence", a commenté la porte-parole de la Gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Maddy Scheurer, samedi midi sur Europe 1. Elle a également dénoncé "une déferlante de violences à l’encontre des forces de l’ordre".

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

Des boules de pétanque jetées sur les gendarmes

Malgré un arrêté du préfet interdisant tout rassemblement festif à caractère musical, "1.500 personnes" avaient convergé vers Redon vendredi soir. Les tensions ont commencé vers 22 h 30. "Comme nous avions l'information qu'un teknival allait se produire, nous étions pré-positionnés sur la zone", a expliqué la porte-parole des gendarmes. Elle a précisé que ces derniers avaient "été rapidement victimes de jets de projectiles en tout genre, des parpaings, boules de pétanque et divers projectiles qui avaient a minima l'intention de blesser dans nos rangs, voire davantage..."

L'affrontement a duré pas moins de sept heures, les forces de l'ordre ayant recours à du gaz lacrymogène p...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles