La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 037,19
    -163,48 (-0,48 %)
     
  • Nasdaq

    13 881,30
    -171,04 (-1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    +0,0061 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 174,68
    -86,13 (-0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 257,59
    -41,37 (-3,18 %)
     
  • S&P 500

    4 157,13
    -28,34 (-0,68 %)
     

Pour rattraper son retard, Macron pousse le business français en Arabie saoudite

·2 min de lecture

Profitant du refroidissement des relations entre Washington et Riyad, suite à l'élection de Joe Biden, le président français veut jouer une nouvelle carte diplomatique avec l'Arabie saoudite. Ce qui pourrait ouvrir de nouveaux marchés à nos entreprises, jusqu'alors à la traîne dans le royaume.

Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, "Le courant n’est pas passé entre le président et Mohammed ben Salman (MBS), le prince héritier", reconnaît un diplomate français dans le Golfe. Contrairement à ses prédécesseurs, le chef de l’Etat ne s’est pas rendu en voyage officiel dans le royaume, mis à part une visite éclair à Riyad en décembre 2017 pour faire libérer le Premier ministre libanais, Saad Hariri, alors retenu prisonnier dans le cadre d’une opération main propre. Côté saoudien, la France ne semblait plus figurer sur les écrans radars de MBS. Lors de son dernier passage en France en avril 2018, l’homme fort d’Arabie n’était resté qu’à peine deux jours à Paris, annulant même une partie de son programme, alors qu’il venait de passer trois semaines aux Etats-Unis, notamment dans la Silicon Valley.

Le principal atout de Paris est diplomatique

Aujourd’hui, "la France veut revenir en force en Arabie saoudite car il y a en ce moment une fenêtre d’opportunité, il y a un coup à jouer, assure François Touazi, fondateur du think-tank CAPmena. Mais c’est un défi, car la concurrence ne vient pas seulement des Etats-Unis, mais aussi de la Russie, des pays asiatiques et des pays européens comme l’Allemagne."Pour réchauffer les relations bilatérales, le principal atout de Paris est d’abord diplomatique. Face à l’Iran, ennemi juré de Riyad, la France montre les dents et se pose en vigie de la non-prolifération vis-à-vis d’une administration Biden, supposée être plus accommodante sur le dossier du nucléaire. Emmanuel Macron a même proposé que l’Arabie saoudite participe aux négociations avec Téhéran. De quoi ulcérer les Iraniens, mais ravir les Saoudiens...

Côté business, il reste du chemin pour rattraper le retard. Les grands contrats avec l’Arabie saoudite, . La France pointe seulement à la 8e place des partenaires commerciaux du royaume. La première économie du Moyen-Orient reste pourtant une cible de choix pour les entreprises françaises. Il faut dire que les pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi