Marchés français ouverture 34 min

Comment la RATP gère la grève contre la réforme des retraites

Le coup de sonnette ne surprend plus personne. Depuis trente-six jours et le début de la grève contre la réforme des retraites, il retentit tous les matins comme ce vendredi, à 8h30 ­précises dans le poste de commandement de la RATP. ­Catherine ­Guillouard, PDG de ­l'entreprise publique, qui a ­appuyé sur le timbre, ne restera que quelques minutes. Autour de la table, la quinzaine de participants doit faire vite pour exposer la situation. Les nouvelles sont plutôt encourageantes. "Quand un PC de crise est calme comme aujourd'hui, c'est bon signe", souffle Philippe Martin, le directeur d'exploitation.

Lire aussi - Remboursement des voyageurs : Pécresse convoque la RATP et la SNCF

Aucun des 25 centres de bus n'est plus bloqué depuis 6h50. Près de 3.000 véhicules sont déjà en circulation. Dans le métro, le balisage de certains couloirs et la fermeture sporadique de quelques quais assurent la fluidité nécessaire à la première période de pointe de la journée. Au mur, quatre écrans de vidéosurveillance le confirment. Ils diffusent en direct les images des stations "compliquées", comme Châtelet ou Saint-Lazare, où la circulation des passagers est visiblement plutôt bonne. Le tour de table se poursuit. Aucun incident voyageur à déplorer et RAS côté patrouilles de sécurité.

La réforme ne concerne que 10% des conducteurs de RER

"On arrive ­désormais à faire circuler 6 ­millions de ­personnes chaque jour, et le trafic sera en nette amélioration ce week-end, par rapport au précédent"...


Lire la suite sur LeJDD