La bourse ferme dans 7 h 59 min
  • CAC 40

    6 272,77
    -23,92 (-0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 013,42
    -6,49 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2071
    +0,0031 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    1 769,20
    -1,40 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    44 667,87
    -2 741,83 (-5,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 211,93
    -87,03 (-6,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,88
    +0,50 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 377,41
    +9,02 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    6 974,39
    -25,69 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 116,64
    +10,49 (+0,04 %)
     
  • GBP/USD

    1,3998
    +0,0014 (+0,10 %)
     

Un Raspberry Pi Zero au cœur de la sécurité des stations spatiales

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Au début de ce mois, l’armée de l’air et de l’espace organisait son premier exercice de guerre de l’espace. Baptisé AsterX, un clin d'œil au premier satellite français, Astérix lancé en 1965, il a permis de simuler des cyberattaques sur les satellites français. Une grande nouveauté, alors que la cybersécurité des systèmes spatiaux était jusqu’à il y a peu un concept impensable, puisque personne n’imaginait que l’on puisse prendre le contrôle d’un satellite. Dans cet esprit de renforcer la cybersécurité des stations spatiales, l’agence spatiale européenne (ESA) annonce qu’elle vient de conduire une expérimentation de 22 mois sur la Station spatiale internationale (ISS). La star de cette mission est un simple Raspberry Pi Zero ne coûtant que quelques euros. Une opération que l’ESA considère comme l’une des plus low cost jamais réalisée en orbite. Baptisé Cryptography ICE Cube (CryptIC), le mini-ordinateur a servi à chiffrer les liaisons.

Assurer cette liaison chiffrée entre l’espace et la Terre est bien plus compliqué qu’uniquement sur notre Planète. C'est ce que souligne, Emmanuel Lesser, ingénieur à l'ESA, en expliquant que « l’espace est criblé de particules chargées qui peuvent inverser les bits de manière aléatoire ce qui vient perturber la liaison ». Au final, avec ces perturbations, les clés de chiffrement sur Terre et dans l'espace ne correspondent plus.

Il existe des systèmes de chiffrement déjà opérationnels qui exploitent des composants « durcis » face aux rayonnements ionisants. On appelle cela des composants « rad-hard ». Leur tarif est élevé et ils peuvent coûter à eux seuls le prix d’un petit satellite CubeSat. De plus, le délai de production est également important. Autrement dit, ce n’est pas une solution pour les petites missions. Les ingénieurs de l’ESA ont donc planché sur un système fiable et bon marché. C'est ainsi que le système CryptIC a été développé en interne par la section Software Product Assurance de l'ESA à l'aide d'un Raspberry Pi...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura