La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 976,40
    -344,51 (-1,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Le ras-le-bol des clichés sur son prénom "Kevin" l'a poussé à en faire un documentaire

CLICHÉS - Le prénom Kevin est souvent source de moqueries. Il symbolise à lui tout seul toute une génération: celle née dans les années 1990. Au départ, les parents nomment leurs enfants Kevin car il s’agit du prénom des stars. Kevin Costner, Kevin McCallister, Kevin Richardson, les acteurs les plus cotés du moment à Hollywood se prénomment tous Kevin. Chaque année, des dizaines de milliers d’enfants sont appelés ainsi à leur naissance.

Mais rapidement, ce prénom devient la risée des cours d’école. Des expressions péjoratives sont créées à partir du prénom: kekos, kéké... De plus, l’arrivée d’internet et de la téléréalité ancre les stéréotypes dans l’esprit des gens. Le prénom Kevin est désormais assimilé à un beauf fan de tuning ou à une star de téléréalité.

Rendre ses lettres de noblesse au prénom Kevin

Mais aujourd’hui, un homme a décidé de lui rendre ses lettres de noblesse. Kevin Fafournoux, motion designer et réalisateur freelance, s’est lancé dans un nouveau projet qui le concerne particulièrement: partir en croisade contre les clichés qui perdurent autour de son prénom et déconstruire les préjugés qui en découlent. Les stéréotypes ont une influence sur plusieurs pans de la vie: la confiance en soi comme la crédibilité dans la vie professionnelle ou amoureuse.

Le documentaire cherche à comprendre les mécanismes qui ont conduit à la stigmatisation du prénom et à montrer qu’ils ne sont fondés sur rien. Le film sera en grande partie tourné en France mais le réalisateur se rendra aussi en Allemagne où une application a été créée afin d’indiquer les prénoms avec lesquels votre enfant pourrait avoir des problèmes à l’avenir, le Kevin-O-meter. Il ira également découvrir l’origine du prénom en Irlande, où Saint-Kevin est apparu pour la première fois.

Pour financer le film, Kevin Fafournoux a lancé une campagne de financement participatif sur Ulule, d’un montant de 8000 euros. L’objectif a été atteint, plusieurs jours avant la date de clôture de la campagne. La prochaine étape ? L’organisation d’un événement rassemblant tous les Kevin à Paris.

Si les choses semblent donc aller en s’arrangeant pour les Kevin, ce n’est que lors des élections législatives de cette année que les deux premiers députés s’appelant Kevin ont fait leur entrée à l’Assemblée nationale.

À voir également sur Le HuffPost: Ces vidéos d’un couple gay dans son quotidien vont vous rappeler “Un gars, une fille”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles