La bourse ferme dans 4 h 33 min
  • CAC 40

    6 812,06
    +46,54 (+0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 100,68
    +20,53 (+0,50 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1301
    -0,0017 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 780,70
    -3,20 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    43 034,61
    -848,73 (-1,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 240,19
    -201,57 (-13,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,22
    +1,96 (+2,96 %)
     
  • DAX

    15 220,49
    +50,51 (+0,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 183,85
    +61,53 (+0,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3280
    +0,0044 (+0,34 %)
     

Rapport financier semestriel 2021

·61 min de lecture

1 | RAPPORT DE GESTION 4

1 | 1 INFORMATIONS CONCERNANT LE GROUPE 4

1 | 2 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE l’activite 5

1 | 3 RAPPORT DES COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2021 12

1 | 4 ACTIVITE DU GROUPE – COMPTES CONSOLIDES 15

2 | etats financiers consolidÉs semestriels au 30 juin 2021 Établis selon le rÉfÉrenciel francais 18

2 | 1 comptes consolidÉs 18

2 | 2 NOTES ANNEXES 23

  1. RAPPORT DE GESTION

Dans le présent rapport, le terme « PAULIC » désigne le groupe Paulic Meunerie.

  1. INFORMATIONS CONCERNANT LE GROUPE

1.1.1 INFORMATIONS GENERALES SUR PAULIC MEUNERIE SA

Dénomination sociale de la Société mère et nom commercial

La Société a pour dénomination sociale et commerciale : PAULIC Meunerie. Jusqu’au 28 juin 2019, sa dénomination sociale était Minoterie PAULIC.

Lieu et numéro d’enregistrement de la Société, numéro LEI

  • La Société est inscrite auprès du RCS de Lorient sous le N°311263685.

  • L’identifiant d’entité juridique (LEI) de la Société est le 9695001KHDJG1DTXB725.

Date de constitution et durée

La Société a été constituée pour une durée de 50 ans s’achevant le 27 octobre 2027, puis prorogée pour une durée de 99 ans s’achevant le 27 octobre 2126, sauf dissolution anticipée ou prorogation.

Siège social de la Société, forme juridique, législation régissant ses activités

La Société a adopté la forme de société anonyme à conseil d’administration aux termes du procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du 18 décembre 2017.

La Société, régie par le droit français, est principalement soumise pour son fonctionnement aux articles L. 225-1 et suivants du Code de commerce. Le siège social de la Société est situé au lieu-dit « Le Gouret » – 56920 Saint-Gérand.

Les coordonnées du Groupe sont les suivantes :

1.1.2 PÉRIMÈTRE DE CONSOLIDATION

Les comptes consolidés du Groupe regroupent les comptes de la société mère et des filiales dans lesquelles la société mère exerce directement un contrôle exclusif ou une influence notable.

Les sociétés intégrées dans le périmètre de consolidation sont les suivantes :

  • SAS GREEN TECHNOLOGIES,

  • SAS MOULIN DU PAVILLON*.

* La société PAULIC MEUNERIE a absorbé la société MOULIN DU PAVILLON par voie de fusion simplifiée en date du 9 novembre 2020 avec effet rétroactif au 01 juillet 2020.

  1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L’ACTIVITE

Fort d’une expertise de quatre générations dans la meunerie, le groupe PAULIC est une « agritech » qui a su combiner le caractère traditionnel de son activité historique de production de farine de froment et de sarrasin en Bretagne, avec l’innovation comme moteur de son développement.

Groupe familial breton, Paulic Meunerie exploite 3 moulins, situés en centre Bretagne, équipés de matériel de pointe pour garantir des farines de qualité exceptionnelle combinant les valeurs de naturalité et de sécurité alimentaire afin de satisfaire aux attentes de consommateurs de plus en plus exigeants.

Avec 21 000 tonnes produites et 8,9 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2020, l’activité du Groupe repose sur la commercialisation de deux gammes de produits :

  • L’une issue de la meunerie traditionnelle (représentant 88% des revenus 2020) composée d’un vaste catalogue de farines de froment et de sarrasin

  • L’autre gamme (ayant généré 12% des revenus 2020) concerne la production de farine et de son, à partir de grains de blé purifiés par un traitement innovant d’ozonation dénommé Oxygreen©

Ces gammes de produits s’adressent à une clientèle fidèle d’environ 700 références, composée majoritairement d’industriels (environ 45% des ventes en 2020) français de l’agro-alimentaire, de la panification (boulangeries industrielles, ateliers de boulangerie de GMS) ainsi que d’une clientèle artisanale de boulangers et restaurateurs (crêperies, restaurants) concentrée dans le Grand Ouest. Elle compte également des acteurs de l’alimentation animale à travers la vente du son en tant que co-produit résiduel issu de la fabrication de farine, ainsi que des éleveurs d’insectes grâce à un nouveau produit issu du procédé Oxygreen©.

Cette diversification de gammes est le fruit d’une politique d’innovation engagée dès 2002 avec l’internalisation d’un laboratoire de contrôle qualité et de R&D qui a conduit le Groupe à collaborer avec une société ayant transposé le traitement de produits à l’ozone à des fins de décontamination/purification des céréales.

1.1.3 APERCU DES ACTIVITÉS

1.1.3.1 La meunerie traditionnelle :

Expertise historique du Groupe, la meunerie traditionnelle consiste en la production de farines destinées à l’alimentation humaine, principal produit obtenu une fois le blé nettoyé, broyé et écrasé.

  • LES PRODUITS EN MEUNERIE TRADITIONNELLE

En plus de quarante ans d’expérience, le Groupe s’est constitué un large catalogue de près de 140 références de farines, à même de répondre aux besoins d’une clientèle diversifiée.

La sélection de blé permet d’identifier deux grandes familles de produits :

Marchés

Meunerie froment traditionnelle

Marchés

Meunerie sarrasin traditionnelle

Ce catalogue répond également aux enjeux d’une demande croissante des consommateurs pour toujours plus de naturalité et de sécurité. Le Groupe s’est très vite inscrit dans cette dynamique de marché en apportant une réponse à travers une offre de farines labellisées parmi lesquelles :

  • Des farines « Label Rouge », unique signe officiel qui garantit une qualité supérieure à celle des produits courants de même nature ;

  • Des farines « AB- Agriculture Biologique », certification assurant un niveau de qualité ainsi qu'un mode de production et de transformation respectueux de l'environnement, du bien-être animal et de la biodiversité ; ou encore,

  • Des farines « IGP », appellation identifiant un produit agricole, brut ou transformé, dont la qualité, la réputation, etc. sont liées à son origine géographique et donc à son terroir.

Chacune de ces deux familles, pour répondre à la diversité des besoins de ses clients, compte une large gamme de produits regroupées en grandes catégories dont les principales sont :

  • Les farines panifiables pour pain courant,

  • Les farines panifiables pour pain de tradition française,

  • Les mélanges pour pains spéciaux,

  • Les inclusions en fin de pétrin,

  • Les farines pâtisserie-traiteur,

  • Les farines de fleurage,

  • Les farines de riz,

  • Les farines de froment biologiques,

  • Les farines de sarrasin,

  • Les farines de sarrasin biologiques.

En plus de la profondeur de son catalogue de farines et de mélanges de farines qui génère l’essentiel des ventes, le Groupe développe également un service de farines « à la carte ». Toujours à l’écoute de ses clients, le Groupe propose un service de mouture sur mesures pour répondre à leurs cahiers des charges spécifiques et ainsi les accompagner dans leur propre développement.

  • LE MARCHÉ DE LA MEUNERIE TRADITIONNELLE

Sur un marché national de plus de 1,8 milliard d’euros, Paulic Meunerie fait la différence grâce à un savoir-faire historiquement ancré dans l’innovation, la sécurité et la naturalité. Ces engagements, en phase avec les grands enjeux agroalimentaires et les attentes des consommateurs, s’illustrent notamment par un laboratoire de recherche et d’analyse intégré depuis 2002.

Pour profiter pleinement des opportunités de ses marchés, Paulic Meunerie s’est engagé depuis 2016 dans un vaste programme de modernisation et d’extension industrielle intégrant des outils automatisés « 4.0 » qui va permettre de tripler ses capacités de production d’ici à la fin du premier semestre 2021.

Depuis l’origine, les exigences sociales et environnementales sont également au cœur du développement de l’Entreprise : origine France des approvisionnements, filières locales, promotion de la filière blé « agriéthique », …

1.1.3.2 Une innovation de rupture : « Oxygreen© »

Le Groupe Paulic Meunerie est un pionnier technologique dans l’univers très traditionnel de la meunerie. Dans le parfait prolongement de son expertise historique, le Groupe a développé depuis une dizaine d’années, un autre segment de produits issus d’un procédé de production innovant et propriétaire : Oxygreen©.

S’inscrivant naturellement dans les valeurs de naturalité et sécurité du groupe, ce procédé est un traitement d’ozonation permettant la purification des grains de blés destinés à la production de farines pour l’alimentation humaine (Qualista®) et de son pour l’alimentation animale (Nourrifibre®).

Cette innovation est le fruit de 15 années de recherche et de 7 M€ d’investissements. Elle est aujourd’hui couverte par 5 brevets détenus à 100% par Paulic Meunerie (le brevet européen EP1237417 intitulé « Procédé et installation pour la fabrication de farine à partir de grains traités à l'ozone » est tombé dans le domaine public en date du 18/12/2020) et bénéficie de l’appui de l’Institut UniLaSalle, première école agricole française et plateforme de référence dédiée aux applications de l'ozone. L’ozone est le seul oxydant permettant d’éliminer les produits chimiques en ne laissant aucune trace.

Par rapport aux normes européennes :

  • Les taux de pesticides sont divisés par 20

  • Les taux de mycotoxines sont réduits de 30 à 50%

Cette innovation fait aujourd’hui de Paulic Meunerie une Agritech de premier plan par sa capacité à faire de l’innovation technologique un accélérateur de développement sur ses activités traditionnelles mais aussi un moteur pour conquérir le marché en décollage de l’alimentation des insectes d’élevage (entomoculture).

La forte valeur ajoutée dont ces deux produits bénéficient peut se schématiser ainsi :

Le procédé Oxygreen© permet de répondre parfaitement aux grands enjeux alimentaires et environnementaux actuels :

  • La naturalité et le refus des pesticides : le traitement à l’ozone décontamine et purifie le grain des germes pathogènes d’origine naturelle ou artificielle ;

  • La nutrition et le refus des additifs : le procédé d’ozonation, grâce à son action oxydante, améliore les qualités nutritionnelles et organoleptiques des produits, les rendant panifiables sans aucun additif et plus riches en fibres solubles.

  • LES PRODUITS ET LEURS AVANTAGES

Deux familles de produits exploitant le procédé Oxygreen© sont aujourd’hui développées par Paulic Meunerie :

  • Nourrifibre®, un son de blé ozoné permettant d’adresser en particulier le marché à forte valeur ajoutée de l’alimentation des insectes d’élevage. Cet aliment purifié bénéficie de propriétés physico-chimiques exceptionnelles avec des niveaux résiduels faibles de pesticides. Ces bénéfices se traduisent par une baisse du taux de mortalité et une croissance accélérée des insectes dans les élevages, source de gains de productivité majeurs pour les professionnels du secteur.

  • Qualista®, une farine très haut de gamme axée sur la nutrition santé pour les marchés de panification. Avec Qualista®, Paulic Meunerie dispose d’une farine d’une pureté sanitaire en rupture avec les standards du marché. Cette farine favorise une panification sans additif ni conservateur. Avec une teneur en fibres plus élevée, les produits Qualista®, plus digestes, présentent de nombreux atouts par rapport aux farines traditionnelles et apportent une réponse forte à la demande de « manger sain » des consommateurs. Cette tendance s’inscrit dans la dynamique du marché français du « bio » qui a triplé en 10 ans.

  • Ces produits permettent également au Groupe de bénéficier d’un effet de levier important sur sa marge brute, les ventes de ces produits présentant un niveau de marge très sensiblement supérieur à celui réalisé sur les produits de meunerie traditionnelle.

En effet, le procédé Oxygreen© présente l’avantage de mieux valoriser 100% du grain (contre environ 80% dans la meunerie traditionnelle) :

  • 77% du grain broyé devient de la farine Qualista® pour la panification ;

  • 23% du grain qui devient du Nourrifibre® pour l’alimentation des insectes.

Sur la base de prix d’achat du grain1 et de prix de vente des farines constatés en 2019, les coefficients multiplicateurs appliqués au coût d’achat de la matière première évoluent de la façon suivante après passage du grain dans le réacteur Oxygreen© :

(1) la marge sur achat pondérée (77% pour la farine et 23% pour le son) est de 47% en meunerie traditionnelle et passe à 361% après passage dans le réacteur Oxygreen©.

La mise en place de ce nouveau prototype porte une ambition stratégique majeure pour Paulic Meunerie et devrait permettre au Groupe d’accompagner ses ambitions de croissance à l’horizon 2024.

  • LE MARCHÉ DE L’ALIMENTATION A DESTINATION DES INSECTES

Grâce à ses qualités nutritionnelles, le produit Nourrifibre® s’adresse au marché des éleveurs d’insectes dont les perspectives de marchés à l’échelle mondiale recèlent un énorme potentiel.

Un marché en phase de décollage, attendu en très forte croissance

Les champs d’applications et les marchés adressés par l’entomoculture sont très diversifiés et ne présentent pas tous le même niveau de maturité. Aussi, il n’est pas possible d’établir une estimation de la taille globale du marché de l’entomoculture, prenant en compte toutes les applications existantes.

La protéine d’insectes en constitue une des applications les plus matures à ce jour portée par deux secteurs :

  • Le marché de l’alimentation animale à base d’insectes, au niveau mondial, représente 687,8 M$ US en 2018 et devrait atteindre 1,369 Mds$ US en 20242 (dont 400 M$ US serait généré en Europe) ;

  • Le marché de l’alimentation humaine à base d’insectes (insectes comestibles) passera de 424 M$ US en 2016 à 723 M$ US en 2024 au niveau mondial3.

Sur ces bases, Paulic Meunerie estime le marché de la protéine d’insectes à plus de 2 Mds € à horizon 2024.

Un mode d'élevage durable

La culture d’insectes consomme 95 fois moins de foncier que l’élevage de bétail, 22 fois moins d’eau que l’élevage de bœuf, 350 fois moins d’eau que l’élevage de porc et 220 fois moins d’eau que l’élevage de volaille. Produire 1 kg de grillon consomme 12 fois moins d’intrants que produire 1 kg de bœuf et 4 fois moins que pour produire 1 kg de volaille ou de porc.

De plus, les insectes présentent un taux de protéines plus élevé que les animaux d’élevage traditionnel. Ce constat s’inscrit dans un contexte global où la demande mondiale en protéines devrait progresser de 40% d’ici à 20304, cela permet d’envisager les insectes comme une alternative crédible aux autres protéines animales.

Environnement concurrentiel

A l’échelle européenne, 71% des acteurs de l’entomoculture utilisent du son de blé pour alimenter leurs insectes.

Les concurrents de Paulic Meunerie sur le marché du son destiné à l’alimentation des insectes sont l’ensemble des meuniers conventionnels et biologiques.

A ce jour, aucun son, conventionnel ou biologique, pouvant approcher les qualités sanitaires et nutritionnelles de Nourrifibre® et ses bénéfices pour les insectes n’est connu, ni du Groupe, ni de son partenaire scientifique, l’Institut Polytechnique UniLaSalle.

Nourrifibre® se démarque de ses concurrents, qui fournissent des co-produits de céréales traditionnels, par les propriétés du son de blé préalablement ozoné, qui accélère la croissance et le poids des insectes, et réduit ou minimise le risque de mortalité inopinée induite par les résidus de pesticides et présence de bactéries, moisissures et champignons.

De nombreux débouchés supplémentaires comme relais de croissance

Au-delà de l’alimentation animale ou humaine, les produits issus de l’élevage d’insectes s’adressent à de nombreux marchés : la pisciculture, la fabrication de biocarburants, la pollinisation, la lutte contre les espèces nuisibles aux cultures, la fertilisation des plantes, la production de chitine, l’industrie chimique... De plus, l’élevage en lui-même ouvre les portes du marché du recyclage de biodéchets, grâce aux larves de mouches soldat noires qui sont particulièrement efficaces pour digérer de grandes quantités de déchets organiques en un temps réduit (4 à 5 fois leur poids en 10 jours).

Le schéma ci-dessous présente l’ensemble des débouchés de l’élevage d’insectes :

  1. RAPPORT DES COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2021

Mesdames, Messieurs,

Nous vous avons réunis en Conseil d’Administration, conformément aux prescriptions légales, réglementaires et statutaires à l’effet de vous rendre compte de la situation et de l'activité de la Société et des résultats de notre gestion, au cours de du semestre clos le 30 juin 2021 et soumettre à votre approbation les comptes de cet exercice.

1.1.4 EVENEMENTS IMPORTANTS SURVENUS AU COURS DU PREMIER SEMESTRE CLOS LE 30 JUIN 2021

1.1.4.3 Signature des marchés pour la construction du réacteur industriel d’ozonation de 3ème génération - Projet « Next O3 »

Paulic Meunerie a signé les devis définitifs pour la réalisation du projet « Next O3 » avant fin 2021. Ce projet consiste en la construction et l’installation du réacteur d’ozonation de 3ème génération sur le site industriel de Saint-Gérand, pour un budget de 1,9 M€. Le procédé sera installé dans la travée disponible de la tour de mélange, permettant ainsi d’économiser le volet immobilier, d’optimiser l’utilisation du site récemment construit et de supprimer les aléas administratifs.

1.1.4.4 Accord de subvention de 702 K€ portant sur le projet « Next O3 »

Paulic Meunerie SA a obtenu une subvention de 701 757 € de la part du Ministère chargé de l’Industrie dans le cadre du plan de Relance, pour soutenir l’installation du réacteur d’ozonation Oxygreen© de 3ème génération. 50% ont déjà été versés à Paulic Meunerie SA.

L’attribution de cette subvention démontre que le projet de Paulic Meunerie est parfaitement en phase avec la stratégie du gouvernement dans le cadre du plan de relance :

✓ Autonomie et souveraineté alimentaire de la France

✓ Contribution au rebond immédiat de la croissance (travaux finalisés dès 2021)

✓ Projet fortement innovant

✓ Contribution à la filière d’avenir de l’élevage d’insectes

✓ Création d’emplois.

1.1.4.5 Information relative à l’impact de l'épidémie de Coronavirus sur l’activité

  • Retard de la croissance escomptée du CA.

Le business plan initial prévoyait une croissance forte de CA en 2021. Or, les confinements ont eu 2 effets venant retarder le début de cette croissance :

  • Mise à l’arrêt du chantier de la tour de mélange et désorganisation des fournisseurs venant ralentir ce chantier une fois repris. L’impact est de 9 mois de retard sur le chantier.

  • Impossibilité de prospecter nos marchés : pas de visites commerciales, pas d’audits de prospects industriels clients en aval désorganisés et très peu disponibles.

La conjugaison de ces facteurs a poussé Paulic Meunerie à communiquer en 2020 un retard sur la délivrance de son business plan à hauteur d’un an, à horizon 2024.

  • Hausse des charges fixes en anticipation de la hausse du CA.

Paulic Meunerie avait initié en 2018 et maintenu en 2020 un plan de recrutement pour mettre en place les compétences nécessaires à la conduite de ce nouvel ensemble industriel mais aussi au renforcement de la force de vente et de la communication. Les éléments de cette nouvelle structure de coût sont en place comme attendu, mais le retard évoqué ci-dessus dans le développement du CA dès 2020 et en 2021 vient maintenir l’activité un peu plus longtemps en deçà de son seuil de rentabilité.

  • Impact sur les marges brutes

Comme en 2020, l’exercice 2021 a vu la survenance d’un confinement long en début d’exercice. Celui-ci a eu pour conséquence une modification du mix-client en défaveur de l’activité restauration, naturellement plus contributrice en termes de marge brute.

Ensuite, l’exercice a été marqué par une forte demande sur les produits bruts de première nécessité de toute natures et une concurrence internationale accru à l’achat sur le froment. Cela s’est traduit par une hausse durable du prix du blé au Matif et un accroissement de sa volatilité. Comme c’est le cas usuellement, la hausse sur les marchés du blé s’est traduite par une pression haussières généralisée sur l’ensemble des matières premières se traitant de gré à gré (blé noir, graines, riz…). La tendance sur le blé noir a été d’autant plus forte que la récolte française précédente avait été marquée par une pénurie. Ces hausses se sont accompagnées d’une forte volatilité sur les prix, venant impacter nos achats.

En outre, les chaînes logistiques ne sont toujours pas totalement rétablies depuis les événements de 2020, générant des épisodes anormaux de rareté sur les consommables et emballages et donc des hausses importantes sur les nos différents postes d’achats.

1.1.5 EVENEMENTS SURVENUS DEPUIS LE 1er JUILLET 2021

Néant.

1.1.6 EVOLUTION PREVISIBLE ET PERSPECTIVES D'AVENIR

  • Paulic Meunerie au rendez-vous de la croissance du CA

Après le premier confinement en 2020, Paulic Meunerie avait annoncé le report d’un an de son business plan. Malgré la survenance de 2 nouveaux confinements non prévus alors, le groupe est en passe de réaliser, en 2021, une croissance de son chiffre d’affaires en phase avec ces nouveaux objectifs, démontrant la pertinence des choix stratégiques de 2016 et le rendez-vous réussi de notre nouvel ensemble industriel avec le marché historique de la meunerie (froment et blé noir).

  • Priorité au rétablissement et « sécurisation » des marges.

Usuellement, les meuniers revoient leur politique tarifaire à l’issue de la nouvelle récolte, c’est-à-dire début août. En effet, chaque récolte présente des caractéristiques techniques nécessitant de revoir nos formulations. C’est à l’issue de cet exercice que nous pouvons déterminer les coûts de revient de nos farines et revoir nos tarifs.

En 2021, la récolte a été repoussée à cause des conditions météorologiques dégradées. La révision tarifaire est en cours et nos tarifs clients (hors contrats) ont été rehaussés dès le 15 septembre.

La volatilité des prix sur les matières premières a été très forte en 2020 et 2021. Le niveau d’incertitude est tel que le groupe a décidé de modifier sa stratégie d’achat des matières premières, afin d’offrir une meilleure visibilité sur les marges à venir.

  • Maintien du cap sur Nourrifibre.

Paulic Meunerie maintien son calendrier pour l’installation de la nouvelle ligne d’ozonation sur son site de Saint-Gérand, à savoir un démarrage début 2022. Ce point est important car le développement de l’activité et de la rentabilité du groupe dans les prochaines années repose notamment sur le succès de Nourrifibre®. L’entrée en service de cette ligne est donc l’élément qui permettra à Paulic Meunerie de servir de nouveau volumes (15 000 tonnes par an) sur un marché en très forte croissance.

Parallèlement, nous avons procédé à la création de la nouvelle ligne d’activité Nourrifibre® avec le recrutement d’un responsable commercial expérimenté. Cette personne rejoint le groupe fin octobre 2021.

L’arrivée de ce profil quelques mois avant la mise en service de la ligne d’ozonation nous permet d’envisager un démarrage commercial assez fort dès la mise en service.

  1. ACTIVITE DU GROUPE – COMPTES CONSOLIDES

1.1.6.6 Périmètre de consolidation

Les comptes consolidés du Groupe regroupement les comptes de la société mère et des filiales dans lesquelles la société mère exerce directement un contrôle exclusif ou une influence notable.

Les sociétés intégrées dans le périmètre de consolidation sont les suivantes :

❖ SAS GREEN TECHNOLOGIES.

NB : La société PAULIC MEUNERIE a absorbé la société MOULIN DU PAVILLON par voie de fusion simplifiée en date du 9 novembre 2020 avec effet rétroactif au 1er juillet 2020.

1.1.6.7 Activité du Groupe sur le premier semestre 2021 et analyse du compte de résultat

Le total de l'actif et du passif consolidés du semestre écoulé s'élève à 18 683 741 euros contre 18 729 901 euros au 31 décembre 2020.

Le montant des capitaux propres du semestre écoulé s'élève à 6 810 387 euros contre 7 486 118 euros au 31 décembre 2020.

Le chiffre d’affaires du Groupe, au 30 juin 2021, s’inscrit, en hausse de 601 153 euros pour s'élever à 4 983 135 euros, contre 4 381 982 euros au 30 juin 2020.

Les produits d’exploitation s’élèvent à un total de 5 607 803 euros au 30 juin 2021 contre 4 841 840 euros au 30 juin 2020, incluant la production immobilisée s’élevant à 341 713 euros contre 142 084 euros. Au titre du premier semestre 2021, la quote-part des subventions d’investissement reprise en résultat s’élevant à 33 568 euros contre 16 509 euros au titre du premier semestre 2020, ainsi que les reprises sur amortissement provisions et transferts de charges s’élevant à 23 430 euros au 30 juin 2021 contre 69 880 euros au titre du premier semestre 2020.

Les charges d'exploitation s'élèvent à 6 609 147 euros au 30 juin 2021 contre 5 045 924 euros au 30 juin 2020, incluant notamment les autres achats et charges externes s’élevant à 1 321 199 euros contre 951 030 euros au titre du premier semestre 2020, les achats de matières premières et autres approvisionnements s’élevant à 3 887 204 euros au 30 juin 2021 contre 2 806 623 euros au titre du premier semestre 2020, les dotations aux amortissements pour un montant de 330 553 euros contre 299 235 euros au titre du premier semestre 2020.

Les charges de personnel totalisent 1 017 007 euros au 30 juin 2021 contre 850 101 euros au 30 juin 2020, pour un effectif de 37 salariés au 30 juin 2021 contre 35 au titre du premier semestre 2020.

Le résultat d'exploitation au 30 juin 2021 est déficitaire et s'élève à -1 001 334 euros contre un résultat déficitaire de -204 084 euros au 30 juin 2020.

Le résultat financier du semestre est déficitaire et s'élève à -24 295 euros au 30 juin 2021 contre un résultat déficitaire de -68 666 euros au 30 juin 2020.

Le résultat courant des sociétés intégrées du semestre écoulé est déficitaire et s'élève à -1 025 639 euros contre un résultat déficitaire de -272 750 euros au 30 juin 2020.

Le résultat exceptionnel du semestre écoulé est bénéficiaire et s'élève à 46 096 euros contre un résultat déficitaire de -7 934 euros au 30 juin 2020.

Le résultat net des sociétés intégrées du semestre écoulé est déficitaire et s'élève à -675 731 euros contre un résultat déficitaire de -219 277 euros au 30 juin 2020.

Le résultat net de l'ensemble consolidé du semestre écoulé est déficitaire et s'élève à -675 731 euros contre un résultat déficitaire de -219 277 euros au 30 juin 2020.

Le résultat net (part du groupe) est déficitaire et s'élève à -675 731 euros 30 juin 2021 contre un résultat déficitaire de -219 277 euros au 30 juin 2020.

1.1.6.8 Analyse du bilan

L'examen du bilan appelle les constatations suivantes :

a. À l'actif

L'actif immobilisé s'élève en valeur nette à 14 189 708 euros au 30 juin 2021 contre 13 405 732 euros au 31 décembre 2020.

L'actif circulant représente une valeur nette de 4 494 033 euros au 30 juin 2021 contre 5 324 169 euros au titre de l’exercice précédent.

b. Au passif

Au cours du semestre écoulé, les capitaux propres qui incluent le résultat du semestre totalisent 6 810 387 euros contre 7 486 118 euros au titre de l'exercice précédent. La variation s’explique principalement par le résultat du semestre écoulé.

Les provisions pour risques et charges ressortent à 116 997 euros au cours du semestre écoulé.

Les dettes, toutes échéances confondues, figurent pour un montant de 11 873 354 euros au 30 juin 2021 contre 11 243 783 euros au 31 décembre 2020 et comprennent notamment :

Emprunts et dettes auprès des établissement de crédits

6 697 553 €

Emprunts et dettes financières diverses

444 350 €

Dettes fournisseurs et comptes rattachés

1 913 157 €

Dettes fiscales et sociales

539 634 €

Autres dettes

280 359 €

Produits constatés d’avance

1 881 304 €

TOTAL

11 873 354

* * *

Saint-Gérand, le 30 septembre 2020.

_______________________________________________

Pour le Conseil d'administration

Jean Paulic

Président du Conseil d'administration - Directeur Général

  1. ETATS FINANCIERS CONSOLIDÉS SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2021 ÉTABLIS SELON LE RÉFÉRENCIEL FRANCAIS

  1. COMPTES CONSOLIDÉS

  • Bilan consolidé

  • Compte de résultat consolidé

  • Tableau des flux de trésorerie

  • Tableau de variation des capitaux propres

BILAN CONSOLIDE


COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE CONSOLIDES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDES

  1. NOTES ANNEXES

  • NOTE 1 Le groupe

  • NOTE 2 Base de préparation des comptes consolidés

  • NOTE 3 Méthodes et règles d’évaluation

  • NOTE 4 Evénements significatifs

  • NOTE 5 Etat des immobilisations incorporelles et corporelles

  • NOTE 6 Etat des amortissements

  • NOTE 7 Etat des immobilisations financières

  • NOTE 8 Stocks

  • NOTE 9 Créances clients et comptes rattachés

  • NOTE 10 Autres créances et comptes de régularisation actif

  • NOTE 11 Disponibilités

  • NOTE 12 Capital social

  • NOTE 13 Provisions pour risques et charges

  • NOTE 14 Emprunts et dettes financières

  • NOTE 15 Dettes d’exploitation

  • NOTE 16 Autres dettes

  • NOTE 17 Produits constatés d’avance

  • NOTE 18 Chiffres d’affaires

  • NOTE 19 Autres produits d’exploitation

  • NOTE 20 Marge brute

  • NOTE 21 Autres achats et charges externes

  • NOTE 22 Charges de personnel

  • NOTE 23 Effectifs

  • NOTE 24 Rémunérations des dirigeants

  • NOTE 25 Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions

  • NOTE 26 Autres charges d’exploitation

  • NOTE 27 Résultat financier

  • NOTE 28 Résultat exceptionnel

  • NOTE 29 Impôts sur les bénéfices

  • NOTE 30 Honoraires du commissaire aux comptes

  • NOTE 31 Engagements hors bilan

NOTE 1 : LA SOCIETE

Le groupe PAULIC MEUNERIE est spécialisé dans la production de farines artisanales et industrielles destinées aux professionnels de la boulangerie, de la crêperie et de l’industrie alimentaire en France et à l’étranger. Les moulins sont situés en centre Bretagne et produisent des farines de froment et de blé noir.

Un des moulins est équipé du procédé expérimental de traitement des grains à l’ozone Oxygreen®, permettant de développer des produits à haute valeur ajoutée à destination de la boulangerie et de l’alimentation d’insectes.

La société PAULIC MEUNERIE SA est cotée en bourse sur le marché Euronext Growth depuis le 18 février 2020.

NOTE 2 : BASES DE PREPARATION DES COMPTES CONSOLIDES

Les présents comptes consolidés intermédiaires au 30 juin 2021 ont été ont été établis en conformité avec les règles et principes comptables français et arrêtés par le Conseil d’Administration réuni le 30 septembre.

Les comptes consolidés intermédiaires au 30 juin 2021 sont établis sur une base volontaire, dans la mesure où la société n’est pas astreinte à établir des comptes consolidés.

Les états financiers du Groupe ont été établis en euros. Tous les montants mentionnés dans la présente annexe aux états financiers sont libellés en euros, sauf indication contraire.

2.1. Méthodes de consolidation

Les états financiers des sociétés dans lesquelles PAULIC MEUNERIE SA exerce directement ou indirectement un contrôle exclusif sont consolidés suivant la méthode de l’intégration globale.

Les sociétés incluses dans le périmètre de consolidation sont consolidées sur la base de leurs comptes arrêtés au 30 juin 2021, mis en harmonie avec les principes comptables retenus par le Groupe. La durée de l’exercice est de 12 mois pour toutes les sociétés.

2.2. Périmètre de consolidation

Le périmètre de consolidation est le suivant au 30 juin 2021 :

Au 31 décembre 2020, le périmètre de consolidation comprenait les sociétés suivantes :

IG : intégration globale

* La société PAULIC MEUNERIE a absorbé la société MOULIN DU PAVILLON par voie de fusion simplifiée en date du 9 novembre 2020 avec effet rétroactif au 01 juillet 2020.

2.3. Référentiel comptable

Les comptes consolidés du groupe PAULIC MEUNERIE sont établis conformément aux dispositions légales et réglementaires applicables en France, selon le règlement 2020-01 du 9 octobre 2020 de l’Autorité des Normes Comptables qui a remplacé le règlement CRC 99-02 du 29 avril 1999 du Comité de la Réglementation Comptable relatif aux comptes consolidés des sociétés commerciales. Ce nouveau règlement est applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021.

A compter du 1er janvier 2021, les méthodes préférentielles du règlement CRC 99-02 sont devenues des méthodes obligatoires des comptes consolidés à l’exception de la méthode de comptabilisation à l’avancement des contrats à long terme (maintien du choix simple du PCG entre achèvement et avancement), de l’enregistrement en résultat des écarts de conversion des actifs et passifs monétaires dont la possibilité est supprimée et le provisionnement des engagements de retraite qui demeure d’application optionnelle.

Le nouveau règlement s’applique de manière prospective aux transactions survenant après la date de première application ainsi qu’aux contrats conclus après cette date. L’absence de rétroactivité signifie que des opérations de même nature survenues avant et après le 1er janvier 2021 seront comptabilisées selon les méthodes comptables en vigueur respectivement avant et après cette date.

Les états de synthèse présentent un exercice comparatif conformément au format prescrit par le nouveau règlement.

L’application du nouveau règlement n’a pas d’impact matériel sur les comptes consolidés du Groupe et n’altère pas la comparabilité des exercices.

Les principes et méthodes comptables appliqués par le groupe PAULIC MEUNERIE sont décrits dans les § 2.3 et suivants.

Les méthodes de référence appliquées sont les suivantes :

2.4. Jugements et estimations de la direction

La préparation des états financiers nécessite de la part de la direction l’exercice du jugement, l’utilisation d’estimations et d’hypothèses qui ont un impact sur les montants d’actifs et passifs à la clôture, ainsi que sur les éléments de résultat des exercices présentés. Ces estimations tiennent compte des données économiques susceptibles de variations dans le temps et comportant des aléas.

Les estimations et les hypothèses sous-jacentes sont réalisées à partir de l’expérience passée et d’autres facteurs considérés comme raisonnables au vu des circonstances. Elles servent ainsi de base à l’exercice du jugement rendu nécessaire à la détermination des valeurs comptables d’actifs et passifs, qui ne peuvent être obtenus directement à partir d’autres sources. Les valeurs réelles peuvent être différentes des valeurs estimées.

Les estimations et les hypothèses sous-jacentes sont réexaminées de façon continue. Les principales estimations concernent :

  • Le Crédit d’Impôt Recherche,

  • L’évaluation des frais de recherche et développement activés au regard des avantages économiques futurs attendus.

2.5. Ecart d’acquisition

Lors de l’acquisition des titres d’une filiale consolidée, les éléments identifiables de l’actif acquis et du passif pris en charge, retraités selon les normes du Groupe, sont évalués à leur juste valeur pour le Groupe. Celui-ci dispose de l’année qui suit l’exercice de l’acquisition pour finaliser ces évaluations.

L’écart d’acquisition correspond à l’écart constaté, à la date d’entrée d’une société dans le périmètre de consolidation, entre :

  • Le coût d’acquisition de ses titres (y compris les frais afférents nets d’impôts)

  • Et la quote-part de l’entreprise acquéreuse dans l’évaluation totale des actifs et passifs identifiés à la date d’acquisition.

Le Groupe n’a pas constaté d’écart d’acquisition car la société Moulin du Pavillon a été créée par la société PAULIC MEUNERIE en 2002.

La société PAULIC MEUNERIE a acquis la société GREEN TECHNOLOGIE le 31 octobre 2019 pour 510 079€ sur la base d’une situation nette retraitée de 104 018€. L’écart d’acquisition qui en résulte est affecté en totalité aux brevets relatifs au procédé OXYGREEN©, soit un écart d’évaluation des brevets de 406 061€. Cet écart d’évaluation est amorti sur 5 ans à compter du 31/10/2019.

NOTE 3. METHODES ET REGLES D’EVALUATION

Les principes et méthodes d’évaluation appliqués par le Groupe sont détaillés dans les paragraphes suivants.

3.1. Immobilisations incorporelles

Frais de recherche et développement

Le Groupe applique la méthode préférentielle d'immobilisation de ses coûts de développement. Les frais de recherche sont comptabilisés en charges dans l’exercice au cours duquel ils sont encourus.

Les frais de développement sont comptabilisés en immobilisations incorporelles uniquement si les six critères suivants sont cumulativement remplis :

  • Faisabilité technique nécessaire à l’achèvement de l’immobilisation incorporelle en vue de sa mise en service ou de sa vente,

  • Intention de la société d’achever l’immobilisation incorporelle et de l’utiliser ou de la vendre,

  • Capacité de celle-ci à utiliser ou à vendre cet actif incorporel,

  • Démonstration de la probabilité d’avantages économiques futurs attachés à l’actif. L’entité doit démontrer, entre autres choses, l’existence d’un marché pour la production issue de l’immobilisation incorporelle ou pour l’immobilisation incorporelle elle-même ou, si celle-ci doit être utilisée en interne, son utilité,

  • Disponibilité de ressources techniques, financières et autres appropriées afin d’achever le développement et utiliser ou vendre l’immobilisation incorporelle, et

  • Capacité d’évaluation de façon fiable des dépenses attribuables à l’immobilisation incorporelle au cours de son développement.

Compte tenu de leur nature, ces frais sont inscrits dans les comptes consolidés sur la ligne « immobilisations incorporelles ». Les dépenses ne vérifiant pas ces critères demeurent comptabilisées en charges de l’exercice où elles ont été encourues.

Les frais de recherche et développement correspondent au développement d’un nouveau prototype de procédé de traitement à l’ozone.

Ils sont amortis linéairement, à compter de la date de mise à disposition du prototype, ce qui correspond à la durée d’utilisation minimale estimée.

Conformément au règlement ANC n°2015-06, la valeur comptable des frais de développement est testée dès lors qu’il existe un indice interne ou externe de perte de valeur.

Lorsqu’il existe un indice de perte de valeur, un test de dépréciation est réalisé en comparant la valeur nette comptable de l’actif, à sa valeur recouvrable qui correspond à la plus élevée des deux valeurs suivantes : la juste valeur diminuée du coût de sortie ou la valeur d’utilité. Si la valeur comptable de l’actif excède sa valeur recouvrable, une perte de valeur est comptabilisée.

Autres immobilisations incorporelles

Les autres immobilisations incorporelles correspondent principalement à des brevets farines amortis linéairement sur la durée de protection et à des logiciels amortis linéairement sur une période de 3 ans.

3.2. Fonds commercial

Les fonds commerciaux ont été acquis par les sociétés du groupe au fur et à mesure de leur développement historique, soit à l’occasion de croissances externes, soit dans le cadre d’acquisition de portefeuille de clients de confrères.

Les droits de mouture consistent en un droit à écraser une certaine quantité de blé tendre pour produire de la farine à destination de la consommation humaine en France. Ces droits ne concernent donc pas l’alimentation animale, le blé noir, ni les exportations. Ces droits de mouture sont cessibles et louables.

Dans le cadre des nouvelles règles concernant les actifs incorporels (règlement ANC 2015-06), applicables pour la première fois aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016, le groupe a analysé la durée d'utilisation des fonds commerciaux.

Les fonds commerciaux et droits de mouture ayant une durée d'utilisation non limitée, ils ne font l'objet d'aucun amortissement.

Des tests de dépréciation sont réalisés tous les ans sur les fonds commerciaux non amortis (y compris en l'absence d'indice de perte de valeur). Ces tests consistent à comparer la valeur nette comptable figurant à l'actif à sa valeur actuelle.

Ces tests sont réalisés au niveau de l'actif ou du groupe d'actifs en fonction du mode de gestion et de suivi des activités par l'entité.

Les valeurs actuelles correspondent aux valeurs d'utilité calculées sur la base de l'actualisation des cash-flows futurs issus des business plans établis par la direction sur la base des critères suivants :

  • Hypothèse opérationnelle : Croissance des activités du groupe dans la meunerie traditionnelle ;

  • Périmètre : croissance organique exclusivement ;

  • Durée du business plan : 5 ans ;

  • Taux d’actualisation des cash flows futurs : 6,52%

Les valeurs actuelles des droits de mouture sont également appréciées au vu de l'évolution de leur cours à la date de clôture de l'exercice.

Les dépréciations constatées ne peuvent faire l'objet de reprises ultérieures.

A la clôture de l'exercice, la valeur actuelle est supérieure à la valeur nette comptable, ce qui justifie l'absence de dépréciation.

3.3. Immobilisations corporelles

Les éléments corporels sont évalués à leur coût d’acquisition (prix d’achat et frais accessoires). Les amortissements pour dépréciation sont calculés selon le mode linéaire en fonction de la durée de vie prévue :

Les amortissements dérogatoires sont portés en réserve après calcul de l’impôt différé.

3.4. Subventions d’investissements

Seule la quote-part de subvention, dont les conditions suspensives de versement ont été levées, a été comptabilisée. Elle suit le même rythme que les amortissements des immobilisations qu’elles permettent de financer.

Dans les comptes individuels, les subventions d’investissement sont inscrites parmi les capitaux propres. La quote-part de subvention virée au compte de résultat est comptabilisée en produits exceptionnels.

Dans les comptes consolidés, ces subventions sont transférées dans un compte de régularisation passif (produits constatés d’avance), ce qui leur donne le caractère de crédits différés. La quote-part de subvention virée au compte de résultat au rythme de l’amortissement desdits immobilisations faisant l’objet des subventions, est comptabilisée en produits d’exploitation.

3.5. Opérations de location financement

Le Groupe applique la méthode préférentielle prescrite par la règlementation française lui permettant de capitaliser les contrats de location financements.

Les contrats de crédit-bail immobilier et mobilier sont retraités comme si les biens correspondants avaient été acquis à crédit dès lors qu’ils transfèrent au groupe la quasi-totalité des risques inhérents à la propriété de l’actif loué. Les immobilisations sont inscrites à l’actif du bilan pour leur valeur vénale à la date d’acquisition et amorties en fonction de leur durée de vie économique estimée détaillée dans le point 3.3. En contrepartie, une dette financière du même montant apparait au bilan et s’amortit suivant le plan de remboursement du crédit-bail souscrit. Les contrats de location dans lesquels le bailleur ne transfère pas la quasi-totalité des avantages et des risques inhérents à la propriété de l’actif sont classés en tant que contrats de location simple, les paiements au titre de ces contrats sont comptabilisés en charges sur une base linéaire jusqu’à l’échéance du contrat.

3.6 Immobilisations financières

Ce poste est essentiellement constitué :

  • D’une participation minoritaire de 8,3% au capital de la société SAS ALLIANCE FARINE pour 5 K€ et des parts sociales du Crédit Agricole et de BPGO respectivement pour 2,2 K€ et 600 K€,

  • De prêts accordés à des boulangers,

  • De dépôts et cautionnements versés.

Ils sont valorisés au coût d’achat historique. Lorsque la valeur d’inventaire est inférieure à la valeur brute, une provision pour dépréciation est constituée du montant de la différence.

3.7. Stocks et produits en cours

Les stocks de matières et marchandises ont été évalués à leur coût d’acquisition.

Les frais de stockage n’ont pas été pris en compte pour l’évaluation des stocks.

Les produits finis et en cours de production ont été évalués à leur coût de production. Les charges indirectes de fabrication ont été prises en compte sur la base des capacités normales de production de l’entreprise.

Les stocks et en cours ont, le cas échéant, été dépréciés par voie de provision pour tenir compte de leur valeur actuelle à la date de clôture de l’exercice.

Les profits internes, inclus dans les stocks des sociétés du groupe, ne sont pas éliminés, leurs montants n’étant pas significatifs.

Le cycle de production du groupe ainsi que le délai de rotation des stocks entrainent une absence de risque significatif de dépréciation de ces derniers.

3.8. Créances

Les créances sont valorisées à leur valeur nominale.

Elles sont dépréciées par voie de provision pour tenir compte des difficultés de recouvrement auxquelles elles sont susceptibles de donner lieu.

Le groupe observe une politique de dépréciation systématique en fonction de l’antériorité des factures concernées. Cette politique générale s’enrichit d’une approche au cas par cas afin d’adapter le niveau de provision au contexte propre à chaque relation si nécessaire.

3.9. Trésorerie

La trésorerie est exclusivement constituée par des liquidités immédiatement disponibles.

Les découverts bancaires figurent en dettes financières courantes.

3.10. Capital

Les éléments relatifs au capital social sont décrits dans la Note 12 de la présente annexe.

3.11. Provisions et passifs éventuels

Le groupe applique le règlement CRC n° 2000-06 sur les passifs.

Les provisions pour risques sont constituées pour faire face à l'ensemble des risques et charges connus jusqu'à l'établissement définitif des comptes.

Une provision est constituée dès lors qu’il existe une obligation (juridique ou implicite) à l’égard d’un tiers, dans la mesure où elle peut être estimée de façon fiable et qu’il est probable qu’elle se traduira par une sortie de ressources pour le Groupe.

Un passif éventuel est :

  • Soit une obligation potentielle de l’entité à l’égard d’un tiers résultant d’événements dont l’existence ne sera confirmée que par la survenance, ou non, d’un ou plusieurs événements futurs incertains qui ne sont pas totalement sous le contrôle de l’entité ;

  • Soit une obligation de l’entité à l’égard d’un tiers dont il n’est pas probable ou certain qu’elle provoquera une sortie de ressources sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci.

3.12. Provisions pour indemnités de départ à la retraite

La loi française exige, le cas échéant, le versement d'une indemnité de départ à la retraite. Cette indemnité est déterminée en fonction de l'ancienneté et du niveau de rémunération au moment du départ. Les droits sont uniquement acquis pour les salariés présents dans l'entreprise à l'âge de la retraite.

Les indemnités légales et conventionnelles sont évaluées pour chacun des salariés du Groupe PAULIC présent à la clôture en fonction de son ancienneté théorique le jour de son départ en retraite, selon les dispositions de la norme IAS 19 révisée "Avantages du personnel", conformément à la recommandation 2013-02 de l’ANC.

Le montant de l'engagement au titre des indemnités de fin de carrière, fait l'objet d'une provision. Les hypothèses retenues pour l’exercice 2020 sont les suivantes (méthode des unités de crédits projetées) :

  • Taux annuel de revalorisation des salaires (inflation comprise) : 1 %

  • Taux net annuel de capitalisation (inflation comprise) : 1.31 %

  • Taux de mobilité (tum over) : 5% de 15 à 49 ans – 0% à partir de 50 ans

  • Âge de départ à la retraite : 65 ans

  • Modalités de départ en retraite : à l'initiative du salarié

  • Taux annuel d’actualisation : 0,79%

  • Taux de charges sociales patronales : 28% pour les non-cadres, 51% pour les cadres

Les hypothèses retenues pour la situation intermédiaire au 30 juin 2021 sont les mêmes à l’exception du taux d’actualisation retenu pour 0,34% au 30 juin 2021.

3.13. Emprunts et dettes financières

Les emprunts sont valorisés à leur valeur nominale. Les frais d’émissions des emprunts sont immédiatement pris en charge.

Les intérêts courus sont comptabilisés au passif, au taux d’intérêt prévu dans le contrat.

3.14. Impositions différées

Les comptes consolidés intègrent l’impôt exigible et l’impôt différé.

Afin d'assurer une meilleure représentation de la situation fiscale différée, le groupe utilise la méthode du report variable qui tient compte pour le calcul des impôts différés, des conditions d'imposition connues à la fin de l'exercice. Les effets dus aux changements des taux d’impôts s’inscrivent en compte de résultat des exercices sur lesquels ces modifications sont applicables. Le taux utilisé au 30 juin 2021 est de 28 %.

Les actifs d’impôts différés ne sont pris en compte que si leur récupération ne dépend pas des résultats futurs ou si leur récupération est probable par suite de l’existence d’un bénéfice imposable attendu dans un futur proche.

Les comptes consolidés enregistrent des impôts différés résultant pour l'essentiel :

  • De l'annulation des provisions réglementées

  • De la constatation de l'impôt sur les subventions d'investissement

  • Des différences temporaires entre le résultat fiscal et le résultat retraité

  • Du retraitement des crédits-baux

  • Des déficits fiscaux reportables dans la mesure où l'actif constaté est certain à la date de clôture.

Les actifs et passifs d’impôts différés sont compensés lorsqu’ils concernent une même entité fiscale.

3.15. Comptabilisation du chiffre d’affaires

Les revenus du Groupe sont de deux natures :

  • Des ventes de produits finis et de marnière plus marginale, de marchandises : ces ventes sont reconnues en chiffre d’affaires lors du transfert de propriété qui intervient généralement lors de l’expédition du produit manufacturé au client (sauf incoterm spécifique).

  • Des prestations de services telles que l’écrasement de blé pour le compte de clients, des analyses pour divers acteurs ou encore la refacturation de frais de transport) : elles sont généralement reconnues en chiffre d’affaires à l’issue de leur exécution où elles font l’objet d’une facturation.

3.16. Marge brute

La marge brute correspond au chiffre d’affaires réalisé diminué des achats de matières premières et de marchandises variations de stock inclues.

3.17. Produits et charges exceptionnels

Le résultat courant est celui provenant des activités dans lesquelles l’entreprise est engagée dans le cadre de ses affaires ainsi que les activités annexes qu’elle assume à titre accessoire ou dans le prolongement de ses activités normales.

Le résultat exceptionnel résulte des évènements ou opérations inhabituels distincts de l’activité et qui ne sont pas censés se reproduire de manière fréquente et régulière.

3.18. Crédit d’Impôt Recherche

Le Crédit d’Impôt Recherche (CIR) est octroyé aux entreprises par l’administration fiscale afin de les inciter à réaliser des recherches d’ordre technique et scientifique. Les entreprises qui justifient des dépenses remplissant les critères requis (dépenses de recherche localisées en France ou, depuis le 1er janvier 2005, au sein de la Communauté européenne ou dans un autre État partie à l’accord sur l’Espace économique européen et ayant conclu avec la France une convention fiscale contenant une clause d’assistance administrative) bénéficient d’un crédit d’impôt qui peut être utilisé pour le paiement de l’impôt sur les sociétés dû au titre de l’exercice de réalisation des dépenses et des trois exercices suivants ou, le cas échéant, être remboursé pour sa part excédentaire. Les dépenses prises en compte pour le calcul du crédit d’impôt recherche concernent uniquement les dépenses de recherche.

En l’absence de position de l’ANC sur le classement du crédit impôt recherche (CIR) à retenir dans les comptes consolidés établis en règles françaises, les entreprises ont donc en référence la documentation « Mémento Lefebvre consolidé », le choix entre deux possibilités :

  • maintenir le classement du CIR retenu dans les comptes sociaux soit en diminution de l'impôt sur les résultats

  • propre aux comptes consolidés de requalifier le CIR en tant que subvention d’exploitation.

Ainsi, le groupe PAULIC MEUNERIE a décidé de retenir cette seconde position et donc de comptabiliser son crédit impôt recherche en « autres produits d’exploitation » s’agissant d’une aide destinée à soutenir les efforts en matière de recherche.

3.19. Résultat par action

Le résultat net consolidé de base par action est obtenu en divisant le résultat net part du Groupe par le nombre moyen pondéré d’actions en circulation au cours de l’exercice.

En l’absence d’instruments dilutifs, le résultat dilué par action est identique au résultat de base par action.

NOTE 4. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS

4.1 Evénements significatifs des périodes présentées

a. SIGNATURE DES MARCHES POUR LA CONSTRUCTION DU REACTEUR D’OZONATION DE 3EME GENERATION - PROJET « NEXT O3 »

Paulic Meunerie a signé les devis définitifs pour la réalisation du projet « Next O3 » dès le début de 2022. Ce projet consiste en la construction et l’installation du réacteur d’ozonation de 3ème génération sur le site industriel de Saint-Gérand, pour un budget de 1,9 M€. Le procédé sera installé dans la travée disponible de la tour de mélange, permettant ainsi d’économiser le volet immobilier, d’optimiser l’utilisation du site récemment construit et de supprimer les aléas administratifs.

b. ACCORD DE SUBVENTION DE 702 K€ POUR LE PROJET « NEXT O3 »

Paulic Meunerie SA a obtenu une subvention de 701 757 € de la part du Ministère chargé de l’Industrie dans le cadre du plan de Relance, pour soutenir l’installation du réacteur d’ozonation Oxygreen© de 3ème génération. 50% ont déjà été versés à Paulic Meunerie SA en 2021.

L’attribution de cette subvention démontre que le projet de Paulic Meunerie est parfaitement en phase avec la stratégie du gouvernement dans le cadre du plan de relance :

✓ Autonomie et souveraineté alimentaire de la France

✓ Contribution au rebond immédiat de la croissance (travaux finalisés dès 2021)

✓ Projet fortement innovant

✓ Contribution à la filière d’avenir de l’élevage d’insectes

✓ Création d’emplois.

4.2 Evénements postérieurs à la clôture

Néant.

4.3. Continuité d’exploitation

a. Analyse du risque de liquidité :

Le premier semestre 2021 est positivement marqué par une progression du chiffre d’affaires sur l’ensemble des portefeuilles clients du groupe.

Néanmoins, l’activité a été impactée par une forte poussée des prix de l’ensemble de nos matières premières (froment, blé noir et riz) et des consommables. Dans un contexte de grande volatilité, nos projections de coûts de matières premières ont été particulièrement difficiles à anticiper. En outre, ces hausses se sont produites de façon dispersée, rendant délicate leur répercussion en temps réel à nos clients, dans un contexte difficile pour eux et concurrentiel pour nous (sur les marchés historiques).

A l’issue de la récolte de blé tendre en France, fin août, le groupe a immédiatement lancé une campagne de révision de ses grilles tarifaires portant sur l’ensemble de ses gammes de produit (applicable à compter du 1er octobre) et a décidé d’adapter sa politique de gestion des achats à un nouveau paradigme beaucoup plus instable sur ses marchés amont, afin de sécuriser ses marges futures.

Conformément à son plan de développement, le groupe a poursuivi sa politique de recrutement pour mettre en place les compétences nécessaires à l’exploitation de l’outil industriel et au développement des ventes.

Le résultat d’exploitation au titre du premier semestre 2021 ressort donc déficitaire.

Néanmoins, compte tenu :

  • De la trésorerie nette au 30/06/2021,

  • Des placements de trésorerie en parts sociales BPGO pour 600 K€,

  • De la nouvelle subvention de 702 K€ obtenue en 2021 pour financer le nouveau réacteur d’ozonation, et dont 50% ont déjà été perçus en 2021,

  • Du niveau d’activité attendu en croissance en 2021,

  • Du rétablissement progressif des marges suites aux mesures décrites ci-dessus,

  • Des facilités de financement à court terme dont dispose le groupe auprès de ses partenaires bancaires,

Le Groupe a procédé à une revue de son risque de liquidité et estime pouvoir couvrir ses besoins de trésorerie à court terme.

b. Point sur l’impact de l’épidémie de COVID-19 sur l’activité :

  • Retard de la croissance escomptée du CA.

Le business plan initial prévoyait une croissance forte de CA en 2021. Or, les confinements ont eu 2 effets venant retarder le début de cette croissance :

  • Mise à l’arrêt du chantier de la tour de mélange et désorganisation des fournisseurs venant ralentir ce chantier une fois repris. L’impact est de 9 mois de retard sur le chantier.

  • Impossibilité de prospecter nos marchés : pas de visites commerciales, pas d’audits de prospects industriels clients en aval désorganisés et très peu disponibles.

La conjugaison de ces facteurs a poussé Paulic Meunerie à communiquer en 2020 un retard sur la délivrance de son business plan à hauteur d’un an, à horizon 2024

  • Hausse des charges fixes en anticipation de la hausse du CA.

Paulic Meunerie avait initié en 2018 et maintenu en 2020 un plan de recrutement pour mettre en place les compétences nécessaires à la conduite de ce nouvel ensemble industriel mais aussi au renforcement de la force de vente et de la communication. Les éléments de cette nouvelle structure de coût sont en place comme attendu, mais le retard évoqué ci-dessus dans le développement du CA en 2020 vient maintenir l’activité un peu plus longtemps en deçà de son seuil de rentabilité.

  • Impact sur les marges brutes

Comme en 2020, l’exercice 2021 a vu la survenance d’un confinement long en début d’exercice. Celui-ci a eu pour conséquence une modification du mix-client en défaveur de l’activité restauration, naturellement plus contributrice en termes de marge brute.

Ensuite, l’exercice a été marqué par une forte demande sur les produits bruts de première nécessité de toute natures et une concurrence internationale accru à l’achat sur le froment. Cela s’est traduit par une hausse durable du prix du blé au Matif et un accroissement de sa volatilité. Comme c’est le cas usuellement, la hausse sur les marchés du blé s’est traduite par une pression haussières généralisée sur l’ensemble des matières premières se traitant de gré à gré (blé noir, graines, riz…). La tendance sur le blé noir a été d’autant plus marqué que la récolte française précédente avait été pénurique. Ces hausses se sont accompagnées d’une forte volatilité sur les prix, venant impacter nos achats.

En outre, les chaînes logistiques ne sont toujours pas rétablies depuis les événements de 2020, générant des épisodes anormaux de rareté sur les consommables et emballages et donc des hausses importantes sur les nos différents postes d’achats.

NOTE 5. ETAT DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES ET CORPORELLES

Au 30 juin 2021, la valeur brute des immobilisations se détaille comme suit :

Le poste « immobilisations incorporelles en cours » correspond principalement à des frais de recherche et développement relatifs au développement d’un nouveau prototype de procédé de traitement à l’ozone. Au 30 juin 2021, le montant des frais s’élève à 342 K€ intégralement constaté en immobilisations incorporelles en cours.

Le poste « Fonds commercial » comprend des fonds de commerce pour 656 K€ et droits de moutures pour 694K€.

Les immobilisations en cours concernent :

  • La fin du programme d’extension industriel sur le site de Saint-Gérand

  • Le nouveau réacteur d’ozonation qui entrera en fonction début 2022

  • Le programme de recherche et développement en cours avec notre partenaire UNILASALLE.

Les autres immobilisations corporelles sont constituées d’agencements pour 551K€, de matériels de transports pour 191 K€ et de matériels de bureau et informatiques pour 103 K€.

NOTE 6. ETAT DES AMORTISSEMENTS

Au 31 décembre 2020, les amortissements des immobilisations se détaillent comme suit :

Les tests de dépréciation des fonds commerciaux et droits de mouture n’ont conduit à la constatation d’aucune perte de valeur justifiant une provision.

NOTE 7. ETAT DES IMMOBILISATIONS FINANCIERES

Au 30 juin 2021, les immobilisations financières se détaillent comme suit :

Les prêts sont accordés à des boulangers.

Les autres immobilisations financières correspondent principalement :

  • au versement sur 2019 d’une retenue de garantie de 40 K€ à BPI à l’occasion d’un prêt « Croissance Industrie » de 800 K€ au titre du programme d’extension du Moulin du Gouret ;

  • à la souscription de parts sociales BPGO sur l’exercice 2020 pour 600 K€, à titre de placement financier, soient 200 K€ pour chacune des trois sociétés du Groupe au moment de la souscription. Les parts souscrites par Moulin du Pavillon SAS ont été conservées Par Paulic Meunerie SA postérieurment à la fusion.

NOTE 8. STOCKS

Les stocks se détaillent de la façon suivante :

Aucune dépréciation n’est comptabilisée sur les stocks au titre des exercices présentés.

NOTE 9. CREANCES CLIENTS ET COMPTES RATTACHES

Au 30 juin 2021, la variation des provisions pour dépréciations s’analyse comme suit :

NOTE 10. AUTRES CREANCES ET COMPTES DE REGULARISATION ACTIF

Les autres créances et comptes de régularisation actif se présentent comme suit:

Les impôts différés actifs sont principalement liés aux déficits fiscaux reportables.

NOTE 11. DISPONIBILITES

La trésorerie nette est principalement constituée de concours bancaires courants.

Le poste « Valeurs mobilières de placement » est consitué :

  • Du compte de liquidité relatif à l’animation du titre pour 106 K€,

  • De la souscription d’obligations pour 200 K€.

NOTE 12. CAPITAL SOCIAL

Une augmentation de capital par incorporation de sommes prélevées sur le compte « autres réserves » d’un montant de 7.400 € par élévation de la valeur nominale des 740.000 de 1,31 € à 1,32 €, puis une division de la valeur nominale des 740.000 actions ordinaires existantes de 1,32 € a été décidée par l’Assemblée Générale Mixte du 15 janvier 2020 dans ses huitième et neuvième résolutions. Le nombre d'actions a ainsi été multiplié par quatre (4), le portant ainsi de 740.000 actions à 2.960.000 actions, soit un capital social de la Société fixé à 976.800 euros avec une valeur nominale de trente-trois centimes d'euro (0,33 €) chacune.

L’Assemblée Générale Mixte du 15 janvier 2020 a ensuite consenti dans sa dix-septième résolution à caractère extraordinaire une délégation de compétence permettant au Conseil d’augmenter le capital par émission d’actions ordinaires avec suppression du droit préférentiel de souscription par voie d’offre au public en prévision de l’admission des actions aux négociations sur EURONEXT GROWTH. La même Assemblée a autorisé le Conseil, dans sa dix-huitième résolution à caractère extraordinaire à augmenter le montant de dans les conditions prévues par la législation.

Le Conseil d’administration du 27 janvier 2020 a fixé le principe de l’augmentation de capital et conformément aux recommandations du PSI, le Président du Conseil a proposé que la fourchette de prix soit comprise entre 6,32 euros et 8,54 euros par action.

Le Conseil d’administration s’est par la suite réuni en date du 13 février 2020 afin de fixer le prix d’introduction à 6,32 € par action. Il a, par ailleurs, constaté la signature de l'engagement de souscription par lequel Monsieur Jean PAULIC s’était irrévocablement engagé à placer un ordre de souscription pour un montant égal à 500.000€ par voie de compensation avec une créance certaine, liquide et exigible au titre d'une avance d'actionnaires. Le Conseil a ensuite décidé d’augmenter le capital social d’un montant nominal de 357.537,18 euros, pour le porter de la somme de 976.800 euros à la somme de 1.334.337,18 euros, par émission de 1.083.446 actions ordinaires, au prix de 6,32 euros par action, soit trente-trois centimes d'euro (0,33) de valeur nominale et 5,99 euros de prime d’émission, après mise en oeuvre de la clause d’extension à hauteur d’un nombre total de 141.319 titres (15% du nombre d’actions initialement émis soit 942.127 actions nouvelles), représentant un montant total de 6.847.378,72 euros, prime d'émission incluse.

En date du 14 février 2020, le Conseil d’administration a également consenti une option de surallocation à la société Aurel BGC, permettant d’augmenter, en une seule fois, pendant une durée de trente (30) jours calendaires suivant la date de clôture du règlement de livraison, le montant de l’augmentation de capital susvisée d’un montant nominal maximum de 34.549,68 euros, pour le porter de 1.334.337,18 euros à la somme de 1.368.886,86 euros, par émission de 104.696 actions ordinaires nouvelles, représentant une souscription d'un montant total de 661.678,72 euros, prime d'émission incluse, à libérer intégralement en numéraire par versements en espèces.

Enfin, le Conseil d’administration en date du 17 février 2020, a constaté la réalisation de ces augmentations de capital d’un montant total de 392.086,86 euros par émission de 1.188.142 d'actions nouvelles composée de la manière suivante :

  • une augmentation de capital d’un montant nominal total de 357.537,18 euros, pour le porter de la somme de 976.800 euros à la somme de 1.334.337,18 euros ; et

  • une augmentation de capital d'un montant nominal de 34.549,68 euros, pour le porter de 1.334.337,18 euros, à la somme de 1.368.886,86 euros.

A l'issue de l'opération, le capital social de Paulic Meunerie SA a désormais été fixé à 1.368.886,86 €, divisé en 4.148.142 actions de 0,33 € de valeur nominale chacune. Le montant de la prime d’émission brute s’élève à 5,99 € par action soit un montant de 7 116 970,58 €, sur lequel ont été imputés les dépenses liées à l’augmentation de capital qui s’élèvent à 1.019.537 €, soit une prime d’émission nette de 6.097.433 €.

La première cotation et le début des négociations sur Euronext Growth ont eu lieu le 18 février 2020.

La note d'opération 20-021 détaille les objectifs de l'opération à savoir que l'introduction en bourse s'inscrit dans le cadre d'un projet de développement stratégique à 4 ans en permettant à Paulic Meunerie de se doter de moyens financiers devant contribuer en partie au financement d'un plan d'investissements de l'ordre de 13 M€, l'autofinancement du Groupe sur cette période devant assurer le solde sur financement.

Contrat de liquidité

PAULIC MENEURIE a confié l’animation de son titre dans le cadre d’un contrat de liquidité conforme à la Charte de Déontologie de l’AMAFI reconnu par l’Autorité des Marchés Financiers. Pour la mise en œuvre de ce contrat, une somme de 150 k€ a été initialement portée au crédit du compte de liquidité le 14 février 2020.

Les acquisitions d’actions propres sont comptabilisées dans la poste « valeurs mobilières de placement ». Les pertes et profits liés aux achats et ventes d’actions propres sont comptabilisés dans le résultat financier. A ce titre, un gain net de 33k€ est constatée dans le résultat financier.

NOTE 13. PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES

Au 30 juin 2021, les provisions pour risques et charges se détaillent comme suit :

NOTE 14. EMPRUNTS ET DETTES FINANCIERES

L’évolution des emprunts et des dettes financières se présente comme suit sur les périodes présentées :

Au 30 juin 2021

Emprunts auprès des établissements de crédit

La société dispose d’une enveloppe de 3 750 k€ de prêts immobiliers pour financer les investissements du site de Saint-Gérand. La totalité de l’enveloppe est débloquée depuis le 31 décembre 2020.

Elle a également débloqué la totalité de l’enveloppe de 1 815 K€ de prêts matériels obtenu en 2017.

La société a souscrit à 4 autres nouveaux emprunts sur l’exercice 2020, à savoir :

  • un emprunt de 100 k€ auprès de BPGO et de 100 k€ auprès du Crédit Agricole pour le financement de l’acquisition des titres Green Technologies

  • un emprunt de 620 k€ auprès de la BPI qui finance un programme de recherche et développement du nouveau procédé ozonation 2ème génération.

  • Un emprunt de 200 k€ auprès de BPGO pour le financement de l’acquisition d’une ensacheuse.

Elle n’a pas souscrit d’emprunt sur le 1er semestre 2021.

Comptes courants d’associés

Ils concernent principalement le compte courant d’associés du dirigeant du groupe Monsieur Jean Paulic pour 228 K€

Covenant financiers

Les emprunts bancaires n’ont pas fait l’objet de clauses de respect de ratios financiers.

NOTE 15. DETTES D’EXPLOITATION

NOTE 16. AUTRES DETTES

Les autres dettes concernent des dettes relatives aux fournisseurs d’immobilisations dans le cadre du programme d’extension du moulin sur le site de Saint-Gérand. Leurs échéances sont inférieures à un an.

NOTE 17. PRODUITS CONSTATES D’AVANCE

Les produits constatés d’avance concernent :

  • les subventions d’investissement résultant d’aides accordées par les organismes publics pour la réalisation du programme d’extension du moulin sur le site de Saint-Gérand pour lesquelles le produit sera reconnu au rythme de l’amortissement desdits immobilisations ;

  • la subvention d’investissement accordée le 18 février 2021 relative à la création d’un réacteur d’ozonation des grains.

Elles se ventilent de la façon suivante :

Comme indiqué dans le point 3.4, seule la quote-part de subvention, dont les conditions suspensives sont levées, est comptabilisée. Ainsi, pour la nouvelle subvention accordée par BPI de 702 K€, 50% de la subvention est reconnu en fonction des investissements effectués sur le réacteur d’ozonation des grains.

Sur le 1er semestre 2021, la société a obtenu le versement du solde des subventions encore à percevoir sur le projet d’extension du moulin, soit 98 K€ de la région Bretagne et 409 K€ de FEADER. De même, elle obtenu un acompte de 50% de la subvention BPI soit 351 K€.

NOTE 18. CHIFFRES D’AFFAIRES

L’évolution du chiffre d’affaires est le suivant :

Le poste ventes de produits finis intègre le chiffre d’affaires réalisé en vente de farines de froment, de blé noir et des co-produits (sons et cosses). Il reprend également les ventes de produits issus du procédé Oxygreen : la farine Qualista et les Nourrifibre®, pour un montant cumulé de 456 K€ sur le 1er semestre 2021 et de 438 K€ au sur le 1er semestre 2020.

Le poste ventes de marchandises consiste en le négoce de produits additionnels à destination de nos clients boulangers (améliorants, graines et sacheries diverses).

Les prestations de services intègrent les analyses effectuées par notre laboratoire auprès d’acteurs de la région et la refacturation du transport à nos clients éloignés.

La répartition géographique du chiffre d’affaires au cours des exercices présentés est la suivante :

NOTE 19. AUTRES PRODUITS D’EXPLOITATION

Les autres produits d’exploitation se décomposent de la façon suivante :

La production immobilisée concerne des frais de développement activés relatifs à la conception d’un nouveau prototype de procédé de traitement à l’ozone.

NOTE 20. MARGE BRUTE

NOTE 21. AUTRES ACHATS ET CHARGES EXTERNES

Les autres achats et charges externes se décomposent de la façon suivante :

Les achats non stockés sont principalement constitués des frais d’électricité et de carburant.

Les frais d’études et recherches sont relatifs à des frais de laboratoires utilisés à des fins de contrôle et de recherche. Ils intègrent notamment des frais de collaboration avec UniLaSalle pour 268 k€ contre 44 K€ l’année précédente.

Le poste « Honoraires » comprend notamment des commissions sur ventes de Nourrifibre® pour 39 K€ et des frais de courtage sur la vente de son.

NOTE 22. CHARGES DE PERSONNEL

Les charges de personnel se décomposent comme suit :

NOTE 23. EFFECTIFS

L’évolution des effectifs moyens est la suivante :

NOTE 24. REMUNERATION DU DIRIGEANT

NOTE 25. DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS, DEPRECIATION ET PROVISIONS

Les dotations aux amortissements des charges à répartir concernent l’étalement des frais d’émissions d’emprunt.

Les dotations aux provisions pour risques et charges sont relatives aux provisions pour indemnités de départ en retraite.

Les dotations aux amortissements sont ventilées de la façon suivante :

NOTE 26. AUTRES CHARGES

Les autres charges se décomposent comme suit :

Les pertes sur créances irrécouvrables sont relatives à des créances en grande partie déjà provisionnées les années précédentes.

NOTE 27. RESULTAT FINANCIER

Le résultat financier se décompose comme suit :

NOTE 28. RESULTAT EXCEPTIONNEL

NOTE 29. IMPÔTS SUR LES BENEFICES

La ventilation de la charge d’impôt est la suivante :

La preuve d’impôt est la suivante :

La société a constaté un actif d’impôt différé net de 304 K€ sur la base d’hypothèses de recouvrabilité à 3 années. A noter que les déficits fiscaux reportables liés à Green Technologie ne sont pas activés.

Il en est de même pour une partie des déficits fiscaux de la société Paulic Meunerie qui correspondent aux frais d’augmentation de capital comptabilisés en déduction de la prime d’émission sans effet d’impôt.

NOTE 30. HONORAIRES DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

NOTE 31. ENGAGEMENTS HORS BILAN

Engagements donnés

Les engagements donnés sont les suivants :

Les hypothèques sur l’immobilier et le foncier du site de Saint-Gérand données en garantie des emprunts bancaires concernent les emprunts suivants :

  • Emprunt CRCA hypothèque PARI PASSU : 937 K€

  • Emprunt BPA hypothèque PARI PASSU : 940 K€

  • Emprunt BNP hypothèque PARI PASSU : 942K€

  • Emprunt CRCA hypothèque PARI PASSU : 188 K€

  • Emprunt BPGO hypothèque PARI PASSU : 200 K€

  • Emprunt BNP hypothèque PARI PASSU : 189 K€

La société a donné en garantie les nantissements de fonds de commerce concernant les emprunts suivants :

  • Emprunt BNP de 2014 pour 120 K€ : CRD de 0 K€ au 30/06/2021 et 5 K€ au 31/12/2020

  • Emprunt BNP de 2015 pour 120 K€ : CRD de 17 K€ au 30/06/2021 et 26 K€ au 31/12/2020

les nantissements de matériels sur les emprunts suivants :

  • Emprunt CA de 2019 pour 605 K€ : CRD de 553 K€ au 30/06/2021

  • Emprunt BPA de 2019 pour 605 K€ : CRD de 564 K€ au 30/06/2021

  • Emprunt BNP de 2019 pour 605 K€ : CRD de 563 K€ au 30/06/2021

Et les nantissements des titres Green Technologie sur les emprunts suivants :

  • Emprunt BPGO de 2020 pour 100 K€ : CRD de 94 K€ au 30/06/2021

  • Emprunt CRCA de 2020 pour 100 K€ : CRD de 87 K€ au 30/06/2021

Engagements reçus

Néant

1 Source : Prix moyens d’achat constatés dans la comptabilité de Paulic Meunerie.

2 Source : Mordor Intelligence : Global Insect Feed Market 2019-2024

3 Source : Bioclips Vol.25, no26,26 septembre2017 (Persistence Market Research,2018 - Global edible Insects market from 2017 to 2024)

4 https://www.lesechos.fr/pme-regions/hauts-de-france/cargill-utilisera-les-proteines-a-base-dinsectes-dinnovafeed-pournourrir-des-poissons-1036742

Pièce jointe


Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles