La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 197,53
    +491,70 (+1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Ce rapport édifiant dénonce l'image dégradante des femmes sur Internet

·2 min de lecture

Selon le rapport "Numérique: le sexisme en liberté" publié ce jeudi 26 août, près de 35% des vidéos diffusées sur Internet présentent une image dégradante des femmes.

Fruit d'une mission collective entre le Certificat égalité femmes-hommes et politiques publiques de Sciences-Po Paris et la Fondation des Femmes, le rapport "Numérique: le sexisme en liberté, la représentation des femmes dans les vidéos les plus vues sur Youtube"* a dévoilé ce jeudi 26 août. Et les résultats sont édifiants.

pour analyser l'image des femmes dans le secteur numérique, Sylvie Pierre-Brossolette constate "une aggravation due aux différentes périodes de confinement qui ont eu lieu en 2020". Or, selon la membre de la Fondation des Femmes et , "les violences, qu’elles soient verbales, psychologiques et même physiques véhiculées sur Internet font le lit ". Dans ce cadre "il est vraiment de la mission de la Fondation des Femmes d’enfoncer le clou sur le sujet. Et d’ajouter l’image des femmes aux deux sujets déjà régulés sur Internet, à savoir la haine en ligne et la protection des mineurs."

Lire aussi

"Ce qui est marquant dans cette étude, c’est la permanence et l’aggravation d’une situation où l’image des femmes dans le secteur numérique est largement marquée dans les vidéos les plus vues par le sexisme, et les propos ou séquences dégradantes à leur égard, et du côté des hommes la manifestation dominante d’une virilité qui est toujours teintée de violences verbales, physiques ou psychologiques", explique Sylvie Pierre-Brossolette. "La combinaison des deux fait le lit des violences que nous constatons qui peuvent aller jusqu’aux féminicides. Il faut absolument parvenir à faire entrer dans le champ de la régulation l'image des femmes dans le numérique. Nous suggérons toute la palette des instruments pour améliorer la situation. Nous ne nous contentons pas du constat, nous proposons des remèdes."

16,3% de premiers rôles féminins

Premier constat, la présence écrasante des premiers rôles masculins dans les vidéos diffusées sur la période 2019/2020, avec 62,1% d'hommes et 16,3% de femmes. En combinant l'ensemble des rôles, principaux et secondaires, les homme[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles