Marchés français ouverture 5 h 4 min
  • Dow Jones

    34 742,82
    -34,94 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 401,86
    -350,38 (-2,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 812,92
    -705,42 (-2,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2140
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 018,15
    -577,51 (-2,02 %)
     
  • BTC-EUR

    45 745,48
    -3 087,92 (-6,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 462,17
    -99,13 (-6,35 %)
     
  • S&P 500

    4 188,43
    -44,17 (-1,04 %)
     

"Le rap marseillais a su garder une force" : à l'occasion de la réédition de "Chroniques de Mars", retour avec Imhotep sur une compilation culte

Matteu Maestracci
·1 min de lecture

C'est une compilation culte de rap qui revient sur le devant de la scène ces derniers jours. Chroniques de Mars, sortie en 1998, est désormais disponible sur les plate-formes de streaming et bientôt en vinyle, grâce à la passion de fans de rap basés en Bretagne.

Pour resituer la naissance du projet, nous sommes en mars 1998 : la France n’est pas encore championne du monde de football mais Marseille est championne du rap francophone, dans la foulée de la sortie de L’École du micro d’argent d’IAM, du premier album de la Fonky Family, Si Dieu veut..., et quelques jours avant, de la bande originale du film Taxi. C'est dans ce contexte qu’Imothep, alias Tonton Pedro, a l’idée de cet album collectif, pour lancer son label indépendant Kif Kif productions. "Quand on est parti tourner en Suisse, en Belgique, au Canada, même en Afrique francophone, on a très vite compris que c'était une époque qui avait été marquée par le rap marseillais", se souvient le producteur.

Des morceaux devenus cultes

Au casting, tous les rappeurs d’IAM, de la FF ou du 3e Œil sont là, mais aussi des petits nouveaux. Pour les morceaux devenus cultes pour certains, on peut citer La garde meurt mais ne se rend pas des deux frères Shurik’N et FAF La Rage, Le Mégotrip avec Akhenaton, Le Rat Luciano et Freeman, et surtout Le retour du Shit Squad, basé sur un sample du musicien et compositeur né à Marseille Franck Pourcel. Un morceau long de plus de sept minutes (et donc indiffusable en radio) où il est beaucoup (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi