La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 760,95
    +625,96 (+2,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 078,53
    +249,02 (+2,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9730
    +0,0132 (+1,37 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    20 065,70
    +347,72 (+1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,79
    +16,01 (+3,73 %)
     
  • S&P 500

    3 729,65
    +82,36 (+2,26 %)
     

"Ramener l'inflation à 2% est notre responsabilité": la BCE va relever fortement ses taux directeurs (Villeroy de Galhau)

WOLFGANG RATTAY

Le gouverneur de la banque de France François Villeroy de Galhau que le Banque centrale européenne va relever de nouveaux ses taux directeurs dès septembre. Le but : endiguer la flambée de l'inflation mais l'usage de cet outil monétaire pourrait encore ralentir la croissance.

Après le temps de l'argent magique déversé pour soutenir les économies mondiales lors de la crise du Covid-19, voilà le temps du "sang et des larmes" face à l'inflation galopante partout dans le monde. Si le gouverneur de la Banque de FranceFrançois Villeroy de Galhau a également affiché samedi sa détermination à combattre la flambée des prix, lors d'un discours prononcé à l'occasion d'une réunion de banquiers à Jackson Hole, aux Etats-Unis.

Et l'outil monétaire des taux d'intérêt sera de nouveau utilisé pour ralentir l'inflation et espérer la ramener à 2% dans la zone euro. Egalement membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, le Français a annoncé que l'institution de Francfort va relever de nouveaux ses taux directeurs dès septembre. La prochaine réunion de la BCE est prévue pour le 8 septembre.

De nouvelles hausses des taux directeurs d'ici la fin de l'année

Les taux devraient continuer à augmenter jusqu'à ce que la BCE atteigne le niveau neutre, qui se situe entre 1% et 2%. Au taux neutre, la banque centrale ne stimule ni ne freine la croissance. "Nous pourrions y être avant la fin de l'année, après une nouvelle étape significative en septembre", a-t-il déclaré.

"Nous pouvons avoir une approche graduelle, mais nous ne devons pas être lents et retarder la normalisation (de la politique monétaire, NDLR) jusqu'à ce que des anticipations d'inflation plus élevées nous obligent à des relèvements de taux agressifs", a justifié le gouverneur. Jusqu'à ce que ce niveau soit atteint, "la voie à suivre est claire et nous pouvons nous y engager résolument et durablement, y compris en offrant une certaine visibilité" aux acteurs économiques sur le rythme des relèvements de taux à venir.

Le gouverneur de la Banque de France n'exclut toutefois pas une hausse des taux au-delà du niveau neutre. "N'ayez aucun doute sur le fait que la BCE relèverait ses taux au-delà de la normalisation si nécessaire : ramener l'inflation à 2% est notre responsabilité ; no[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi