Marchés français ouverture 8 h 25 min
  • Dow Jones

    34 033,67
    -265,66 (-0,77 %)
     
  • Nasdaq

    14 039,68
    -33,17 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,1999
    -0,0134 (-1,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • BTC-EUR

    32 250,98
    -1 451,00 (-4,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    961,10
    -31,37 (-3,16 %)
     
  • S&P 500

    4 223,70
    -22,89 (-0,54 %)
     

Rallye-raid - Dakar 2022 - La 3e édition du Dakar en Arabie Saoudite fera la part belle aux dunes

·4 min de lecture

Les organisateurs ont présenté mardi les grandes lignes du Dakar 2022. Le tracé de cette 3e édition en Arabie Saoudite, marquée par le retour dans les dunes du Quart Vide, mènera les concurrents de Ha'il à Djeddah, via Riyad, du 2 au 14 janvier 2022.

Après deux premières éditions au départ de Djeddah, sur les bords de la mer Rouge, le Dakar 2022 prendra son envol de Ha'il, au coeur du désert, dans le nord de la péninsule arabique, le 2 janvier. « C'est un clin d'oeil à la Mecque du rallye-raid en Arabie Saoudite, commente David Castera, directeur de l'épreuve. C'est là que sont nées en 2003-2004, les premières Baja. J'aime bien cette zone où l'on peut faire un beau prologue et une belle première étape dans le sable. »

Journée de repos à Riyad
La trace plonge ensuite plein sud, vers les impressionnantes montagnes de dunes du Quart Vide avant de remonter vers Riyad où se tiendra la journée de repos. Les concurrents mettront alors cap à l'ouest, vers Djeddah, où sera jugée, après douze étapes, l'arrivée de cette 3e édition au Moyen-Orient.

lire aussi
Toute l'actu rallye-raid

Le Covid-19 a eu raison du souhait des organisateurs de faire une incursion dans des territoires voisins comme Abu Dhabi ou Oman. « La difficulté, c'est qu'au moment où j'ai dû prendre la décision, il n'y avait pas de vision sur ce que serait la pandémie, explique Castera. C'était compliqué, on attendra encore un peu avant d'emmener la caravane du Dakar dans d'autres pays de la région. »

« Cette année, l'idée était de vraiment rentrer dans les dunes du Quart Vide, poursuit-il. En 2020, on avait juste effectué un petit passage en lisière. Là, on va y rester trois jours, avec l'étape marathon au milieu (sans les assistances). Certains m'ont dit lors des dernières éditions qu'il n'y avait pas beaucoup de dunes, je pense qu'à la fin de ce Dakar, certains pleureront d'en avoir eu autant. Ça va être du costaud ! »

La petite particularité, c'est qu'en quittant le Quart Vide, un transfert sera organisé afin d'éviter une zone de 1000 kilomètres peu intéressante sportivement. « Au lieu de joindre Riyad en spéciale, les voitures et les motos seront transportées par camions, précise le directeur de Dakar. Les concurrents iront par avions, dans la soirée précédant la journée de repos. »


Malgré les critiques de l'an dernier, la navigation sera une nouvelle fois à l'honneur et devrait donner le tournis à pas mal de pilotes et copilotes. « Pour moi, en rallye-raid, il y a trois piliers, observe Castera : l'endurance, l'aventure et la navigation. Ils doivent tous être présents. Après, c'est une question de degrés de difficulté. L'an dernier, le niveau de difficulté était assez élevé en navigation. »

Création d'une catégorie de véhicules prototypes
« Mais ceux qui ont pleuré sont souvent issus du WRC. Ils n'ont pas compris l'esprit. Il est parfois nécessaire de s'arrêter une minute pour prendre le temps d'analyser la situation. On verra où on met le curseur. Mais on n'est plus en Amérique du Sud, ici, il y a des milliers de pistes. Il faut changer de mode de fonctionnement et réfléchir différemment. »

Au rang des nouveautés, il y a la création d'une catégorie de véhicules prototypes (T1-E) s'appuyant sur des moteurs électriques ou toute autre technologie axée sur la réduction des émissions de carbone. Le constructeur allemand Audi et la structure Q Motorsport de Sven Quandt devraient notamment aligner trois voitures hydrides en janvier prochain. « Il faut pousser dans cette voie, souligne Castera, avec l'objectif, adoptée par la FIA, d'avoir un parc de véhicules de course en low émission en 2030. »

Du côté des concurrents, on retrouvera tous les ténors de la discipline dont les deux derniers vainqueurs, Stéphane Peterhansel (buggy Mini en 2021) et Carlos Sainz (buggy Mini en 2020), qui devraient être au volant des Audi hybrides (Mattias Ekström prendrait le volant de la 3e Audi).

Nasser al-Attiyah (Toyota) s'élancera pour la conquête d'un quatrième succès et Sébastien Loeb (abandon en 2021) pour décrocher une première victoire au volant de la deuxième génération de la BRX (4X4) développée par l'écurie Britannique Prodrive.

Ces derniers jours, le nonuple champion du monde WRC a fait des essais à Dubaï en vue de trouver le remplaçant de son ancien copilote Daniel Elena. Il a roulé avec le Belge Fabian Lurquin et le motard français Xavier de Soultrait.

lire aussi
Loeb et Elena se séparent