Marchés français ouverture 6 h 46 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 711,43
    +165,25 (+0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,2164
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 520,92
    -288,68 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    651,06
    +3,74 (+0,58 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Rallye - ERC - Canaries - Championnat d'Europe : Adrien Fourmaux, 2e au général après la première étape

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Les Espagnols ont dominé une étape perturbée par une météo changeante. Mais on retrouve aussi les Français Adrien Fourmaux, deuxième, et Yoann Bonato, quatrième, bien placés. Les grands favoris sont, en revanche, plus en retrait. La première étape du rallye ERC des Canaries a été très compliquée pour tous les concurrents, la faute à une météo capricieuse et des routes tantôt mouillées, tantôt sèches. D'où un véritable casse-tête dans les choix des pneumatiques. Et des positions au classement, vendredi soir, auxquelles on ne s'attendait pas trop avant le départ. Dans la première boucle matinale, les Espagnols ont eu l'avantage, notamment Nil Solans (Skoda Fabia Rally2 evo), vainqueur de trois spéciales sur quatre et leader avec 9''7 d'avance sur son compatriote Ivan Ares (Hyundai i20 R5), auteur d'un meilleur temps, et 27''4 sur le Français Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2). Yoann Bonato (Citroën C3 R5), 8e à 48''5, et Alexey Lukyanuk (C3 R5), 10e à 56''4, limitaient un peu la casse, mais moins Oliver Solberg (Volkswagen Polo GTi R5), 13e à 1'14''3, ni surtout Craig Breen (Hyundai), Andreas Mikkelsen (Skoda) et Grégoire Munster (Hyundai), victime de leurs montes de slicks sous la pluie et respectivement relégués à 1'35'', 1'44'' et... 3'53'' ! Fourmaux se signale par deux scratchs. Dans l'après-midi, les choses commençaient par s'arranger pour le leader du Championnat, Lukyanuk remportant coup sur coup deux secteurs, mais le Russe replongeait ensuite et terminait finalement l'étape en huitième position, à 1'31''9 de la tête, une place et 1''8 derrière Solberg, son principal rival pour le titre qui, sauf incident ou accident, semble promis au pilote Saintéloc. Solans était, lui, moins verni que le matin dans ses choix de pneus, commettait un tête-à-queue et voyait Ares passer devant, ainsi que Fourmaux, auteur de deux meilleurs temps dans les ES 7 et 8, qui revenait à 7''5 de la tête et 1''5 devant le premier leader du jour. Dans le même temps, le triple champion de France Bonato cravachait également et remontait quatrième à 39''2 d'Ares. Mikkelsen, Breen et Munster retardés Ces quatre pilotes joueront le podium final samedi, les quatrième et cinquième, deux autres Espagnols, José Antonio Suarez (Skoda) et Luis Monzon (Citroën), étant déjà relégués à plus d'une minute. Pour Mikkelsen (11e à 1'46''3), vainqueur de la super spéciale en clôture d'étape, Breen (14e à 2'14''3) et surtout Munster (29e à 4'17''6), le retard accumulé semble en revanche irrattrapable. Mais la seconde journée, avec un peu plus de cent kilomètres chronométrés au programme, sera-t-elle aussi incertaine ? Réponse samedi soir, où on connaîtra le nouveau champion d'Europe. lire aussi Toute l'actu du rallye