La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 327,60
    -609,44 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    13 293,77
    -332,29 (-2,44 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0062 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 261,32
    -1 483,42 (-5,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    615,32
    -24,59 (-3,84 %)
     
  • S&P 500

    3 752,34
    -97,28 (-2,53 %)
     

Ralentisseurs illégaux : une information judiciaire ouverte

·2 min de lecture

Le mois dernier, trois associations annonçaient partie en guerre contre les ralentisseurs illégaux. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Toulon, visant 150 communes et collectivités locales.

Thierry Modolo-Dominati, président de l'Association Pour une Mobilité Sereine et Durable, nous affirmait il y a un mois que la quasi-totalité des ralentisseurs implantés en France étaient illégaux (lire notre dossier sur les ). Aujourd'hui associé à deux autres associations de défense des automobilistes, il est parti en guerre contre ces installations qui pullulent : on parle d'environ 450.000 ralentisseurs qui ne sont pas aux normes en France, notamment en raison de leur hauteur, et peuvent provoquer des accidents ou entraîner la dégradation des véhicules.

Lors d'une conférence de presse lundi, Rémy Josseaume, avocat spécialisé dans le droit routier et qui préside l'Automobile-Club des Avocats, avait annoncé qu'au-delà de procédures en cours devant des tribunaux administratifs consécutives à des accidents, "nous avons décidé d'une orientation pénale, avec une plainte déposée devant le parquet de Toulon". Cette plainte contre X a été déposée le 22 septembre.

Les coussins berlinois particulièrement visés

Le recours a été "axé sur les coussins berlinois", un type de ralentisseur en caoutchouc, a détaillé l'avocat. Ceux-ci sont nombreux, car peu coûteux et faciles à installés : ils sont simplement boulonnés dans la chaussés. Pourtant, ils ne sont pas homologués, donc de facto interdits. Le Ministère des Transports a fait à ce titre une réponse extrêmement claire à Jean-Claude Bouchet, député du Vaucluse, parue au Journal Officiel le 8 décembre 2009. "Le matériau dont est constitué le ralentisseur doit permettre la tenue de l’ouvrage dans le temps et avoir une adhérence compatible avec les vitesses pratiquées. De plus les techniques de mise en œuvre des ralentisseurs doivent assurer une parfaite solidarité de l’ouvrage avec la chaussée. Or, les tests effectués en laboratoire ont montré que le caoutchouc vulcanisé ne répond pas à ces conditions (…) c’est pourquoi ce matériau n’est pas autorisé pour la conception de ces dispositifs".

"L'avantage considérable" d'une telle [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi