La bourse ferme dans 3 h 46 min
  • CAC 40

    6 644,63
    -43,16 (-0,65 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 913,47
    -25,72 (-0,65 %)
     
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0523
    +0,0054 (+0,52 %)
     
  • Gold future

    1 784,10
    +1,70 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    15 974,33
    -319,57 (-1,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    393,97
    -7,84 (-1,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,32
    +0,07 (+0,09 %)
     
  • DAX

    14 253,66
    -89,53 (-0,62 %)
     
  • FTSE 100

    7 511,66
    -9,73 (-0,13 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2178
    +0,0045 (+0,37 %)
     

Le ralentissement de l'inflation aux Etats-Unis : "une bonne nouvelle pour tous", selon le gouverneur de la Banque de France

Wikimedia

Les nombreux signes que la hausse des prix aux Etats-Unis décélère depuis le pic de juin "sont une bonne nouvelle", car "les Etats-Unis ont été en avance" sur la tendance mondiale concernant l'inflation, a souligné mardi 15 novembre le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau dans un discours au Japon, lors d'un événement organisé par la place financière de Paris. La politique de la banque centrale américaine (Fed) pour tenter de maîtriser l'inflation "a eu de fortes répercussions sur le reste du monde avec le renforcement du dollar", a-t-il également estimé. L'euro a passé de longues semaines sous la parité avec le dollar, et a atteint des niveaux jamais vu depuis 2002.

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté de 7,7% en octobre par rapport à octobre 2021, selon l'indice CPI qui fait référence, une hausse moins forte que celle de 8,2% enregistrée en septembre, et moins élevée qu'attendu. Suffisant pour faire jubiler les investisseurs, avec une forte hausse des actions après cette publication. La Fed devrait bientôt ralentir le rythme auquel elle relève son taux directeur, principal outil de lutte contre l'inflation, a déclaré lundi sa vice-présidente Lael Brainard, soulignant cependant que l'institution ne doit pas encore cesser ces hausses. Il se situe dans la fourchette de 3,75% à 4,00%, son plus haut niveau depuis janvier 2008.

Pour la Banque centrale européenne (BCE) aussi, les fortes hausses de ses taux "ne doivent pas devenir une habitude", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Chine développe un système anti-drones autonomes
Prévention : la drépanocytose sera bientôt dépistée chez tous les bébés
Orpea présente son "plan de transformation" pour assainir ses finances
Agnès Pannier-Runacher soupçonnée de conflits d'intérêts : l’exclusion des dossiers liés à Perenco du champ d’action de la ministre
Le taux de chômage reste quasi stable au 3e trimestre à 7,3%