La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 403,02
    -1 998,15 (-5,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

En raison de leurs microbiotes, certaines espèces de chauves-souris attireraient davantage les parasites

·1 min de lecture

Il existerait une corrélation entre la diversité des bactéries de la peau de certaines espèces de chauve-souris et leur parasitage par des mouches hématophages. Une découverte interrogeant sur les mécanismes d’attractions liés à ce parasitisme.

On parle beaucoup du microbiote intestinal, mais qu’en est-il de l’importance du microbiote cutané ? Ce terme désigne l'ensemble des micro-organismes vivant dans un environnement spécifique. Chez les chauves-souris, il semble jouer un rôle dans la présence de parasites externes. En effet, des chercheurs américains ont mis en évidence une différence dans la composition du microbiote cutané de certaines espèces de chauves-souris visitées par des mouches hématophages, les Nycteribiidae. Parue le 2 août 2021, l désigne le coupable : une bactérie du genre Mycoplasma présente chez les chauves-souris parasitées, et absentes chez les autres.

"Dans des grottes, je voyais des chauves-souris d’espèces différentes suspendues côte à côte. Certains individus étaient remplis de parasites, tandis que d'autres n'en avaient aucun ou seulement quelques-uns. Je me suis donc demandé pourquoi ces parasites qui ont la possibilité de passer facilement d'une espèce de chauve-souris à une autre ne semble pas le faire" explique Holly L. Lutz de l'Université de Californie à San Diego, première auteure de ce travail. De manière générale, les paramètres qui attirent les insectes hématophages comme relèvent de signaux chimiques tel que l’odeur, le CO2, mais aussi certaines bactéries.

Une attirance chimique ?

Les scientifiques ont capturé 283 individus sur 14 sites au Kenya et en Uganda sur une période de 3 mois pour étudier quatre grandes familles de chauves-souris : les Hipposideridae, les Miniopteridae, les Rhinolophidae et les Pteropodidae. "Nous avons extrait et séquencé l'ADN des bactéries, puis nous avons créé des bibliothèques contenant toutes les bactéries associées à chaque échantillon de peau. Nous avons ensuite identifié celles qui sont présentes dans les différents groupes de chauves-souris, en comparant les chauves-souris parasitées par des mouches à celles qui ne le sont pas", commente Holly L. Lutz. Excepté deux espèces de chauves-souris frugivores de la famille des Pteropodidae,[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles