La bourse ferme dans 6 h 15 min
  • CAC 40

    7 048,75
    -33,26 (-0,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 139,33
    -19,30 (-0,46 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0827
    -0,0029 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 918,90
    -20,30 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 129,98
    -499,91 (-2,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,75
    -19,12 (-3,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,65
    -1,25 (-1,60 %)
     
  • DAX

    15 041,76
    -84,32 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 734,99
    -49,88 (-0,64 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2318
    -0,0036 (-0,29 %)
     

Le Rafale proche d’un nouveau contrat en Inde : la marine locale le préfère au modèle de Boeing

Dassault Aviation - C. Cosmao

Selon la presse indienne, la marine indienne a exprimé une préférence pour le Rafale Marine, version navale du chasseur de Dassault, face au F-18 Super Hornet de Boeing. En jeu : un contrat de 26 appareils.

Ce n’est pas encore de la fumée blanche, mais ça commence à y ressembler. Selon le Times of India, le Hindustan Times et le journal en ligne indien The Print, le Rafale est en pole position pour décrocher un contrat pour 26 avions auprès de Delhi, après les 36 appareils commandés en 2016.

Selon les médias indiens, un rapport détaillé de la marine indienne, adressé au ministère de la défense, estime que le Rafale Marine, la version navale du chasseur français, est "plus apte à répondre aux exigences et critères opérationnels" que l’avion concurrent, le F/A-18 Super Hornet de Boeing. Une recommandation qui en fait le clair favori dans la compétition face à son rival américain. L'appel d'offres portait à l’origine sur 57 chasseurs embarqués.

Le chasseur retenu a vocation à être embarqué sur les porte-avions de la marine indienne, l’INS Vikramaditya, acquis auprès de la Russie, et l’INS Vikrant, de conception locale, qui a été mis en service en septembre dernier. A l’inverse du Charles de Gaulle, qui est équipé de catapultes, ces deux navires sont dotés de tremplins en bout de piste : les avions doivent décoller avec leur seule propulsion.

Le Rafale et le F-18 ont dû prouver qu’ils étaient capables de tels décollages : un tremplin a été installé sur la base INS Hansa de la marine indienne à Goa pour des tests proches des conditions réelles.

Dassault fabrique déjà en Inde

Dans cette compétition acharnée, dans laquelle Paris et Washington poussent résolument leurs champions respectifs, le Rafale ne manque pas d’arguments. Il est déjà en service dans l’armée de l’air indienne, ce qui permettrait des économies sur la maintenance ou l’entraînement, les versions air et marine affichant 80 à 85% de pièces communes. Dassault dispose également d’une usine en Inde, à Nagpur, codétenue avec le partenaire local Reliance, qui fabrique déjà des pièces pour le jet d’affaires Falcon 2000 et pour le Rafale.

Ce site va bientôt assembler des Falcon 2000 complets, dont certains des futur[...]

Lire la suite sur challenges.fr